Ce que Megaupload a fait de mieux, c’est mourir…

Je n’ai jamais caché mon aversion pour Megaupload ou quelque plateforme de téléchargement en direct download (ou non) qui fait de l’argent sur le dos du partage. Je n’ai jamais non plus caché mon aversion pour le lobby du droit d’auteur (et pas le droit en lui-même) ni pour les lois qui en ont découlé à travers le monde. Ces positions peuvent paraître incompatibles de prime abord mais sont pourtant très liées : je suis pour que l’Art se trouve une nouvelle économie, se passant au maximum d’intermédiaires, et une plateforme comme Megaupload était justement un intermédiaire (ils s’envisageaient lancer une plateforme légale) dont le seul but était son profit personnel…

Avant de poursuivre il me faut cependant clarifier un point : la façon dont les arrestations et les saisies de matériel se sont opérées, la réaction en chaine des politiques se félicitant de “la mort du piratage” (no kidding, je l’ai lu quelque part), toutes ces conneries là sont indignes de la société démocratique que l’on nous vend à grand renfort de campagnes électorales tous les cinq ans. Et, bien que j’ai fêté la fin de Megaupload dignement, je reste aujourd’hui inquiet par la facilité avec laquelle les services ont été bloqués…

Et puis j’ai observé la réaction logique : you fuck with the Internet, the Internet fucks you back. Et c’est presque beau, poétique, … dommage !

Depuis des années déjà des poignées de gus dans des garages se battent contre des lois qui promettent ni plus ni moins que ce qui est arrivé ici à Megachose. Ces lois prévoient de travailler, dans la plus totale opacité, en utilisant des prétextes fallacieux pour parvenir à leurs fins, à civiliser, responsabiliser, bref censurer Internet. En France la première à entrer en vigueur fut l’Arjel… Oubliée depuis, mais toujours en fonctionnement !

Et il faut que l’on ferme Megaupload, un des pires sites se revendiquant du partage, en fait réelle pompe à fric allant à l’encontre de l’éthique sur tous les étages, pour qu’une levée de bouclier s’opère ? Dommage !

Mais finalement ce qui compte c’est d’avancer, ce qui compte c’est la mobilisation, le mouvement. Ce qui compte c’est que la mort de Megaupload, comme la création d’Hadopi avant cela (à une autre échelle), a fait prendre conscience des enjeux réels qui sous-tendent à la situation générale, à un grand nombre de personnes à travers le monde.

Le mot à la mode devient la décentralisation, les gens comprennent qu’il est possible de couper l’un des vingt sites les plus importants en termes de trafic sur un prétexte bidon (alors que les vrais ne manquaient pas) sans qu’il soit possible de rien faire… La censure est réelle, les prétextes divers et le cheval de Troie du droit d’auteur diablement efficace… Mais ce n’est pas fini, et les réels enjeux vont bien au-delà des sites de partage, les réels enjeux sont le contrôle d’Internet (LOPPSI 2), sa surveillance (Hadopi), celle des citoyens l’utilisant (CNI électronique), …

A l’échelle de la France j’ai constaté ces derniers jours un phénomène amusant : depuis la Hadopi beaucoup de monde avait migré sur le direct download (quoi qu’en dise la Hadopi), depuis la fermeture de MU et le défilage en règle des concurrents restés en ligne l’opération inverse s’opère peu à peu. Certains sont perdus et pédalent un peu dans le vocable : “où je trouve un tracker pour mon film ?” mais la passivité induite par des systèmes comme MU n’est plus, n’attendez pas 45 secondes, ne soyez pas passifs, n’ayez pas à payer et ne supportez pas de la pub porn pour voir un film en mauvaise qualité en streaming sur un site qui vous coupera de toutes façons avant la fin !

Internet retrouvera peut-être à ce rythme sa forme naturelle, où un acteur comme MU monopolisant 5% du trafic mondial pour générer des profits monstre sous couvert de légalité douteux n’a pas sa place… Alors merci le FBI de vous y être pris comme des porcs pour dézinguer un vrai ennemi du partage, mais bon courage pour la suite, ça risque d’être lulz !

Et puis pour finir en musique et pas passer (uniquement) pour un rabat-joie, la première vidéo que je relaie des Anon :

34 réflexions sur « Ce que Megaupload a fait de mieux, c’est mourir… »

  1. Ping : Black Eco's Blog » Ce que Megaupload a fait de mieux, c’est mourir… | Blog perso de Paul Da Silva

  2. Lysander Lear

    Youhou !!! Champagne !! Megaupload est mort ! Tralalalalala !!

    Ouais mais non. Depuis que cette société mafieuse vient d’apprendre qu’elle va nager avec des bottes en ciment au fin fond de l’hudson, c’est devenu l’horreur pour le milieu under.

    J’suis dégoutté de ne plus rien trouver sur les torrents, les ddl, ou P2P. Des petits groupes d’artistes indés, des films, des livres, des documents, tous pleins de bricoles qui n’intéresse pas les majors qui disparaissent de partout. Depuis l’arrestation du MU, beaucoup de services identiques font de grosses purges.

    Maintenant faut voir si des gens vont vouloir à nouveau envie de partager ses perles. Et là je doute vraiment que l’on puisse à nouveau ravoir ce qui se faisait avant.

    Je comprends pas pourquoi on en arrive là. Est-on à la frontière entre un monde qui se meurt et un monde qui nait ?

  3. Tobiz

    Bravo à la fermeture de MU! Bien qu’il était très riche en données ce site servait un système mafieux qui ne doit pas être.

    Maintenant comment qu’on va faire pour trouver nos fichiers? Et bien c’est simple: Utiliser d’autres moyens.

    Le P2P est jusqu’à présent la source la plus riches en données.(Pas de trackers? Ne vous inquiétez pas ils vont revenir).

    – « Et si la hadopi m’envoi un courrier? » Et bien tout d’abords t’as vraiment de la marge (du temps) et même beaucoup de marge avant de passer devant un tribunal et d’être réellement sanctionné. Donc le P2P reste encore accessible.

    Et puis j’ai entendu parlé d’un autre protocole que le P2P pour partager des fichiers sur internet (malheureusement je ne peux donner plus de précisions pour le moment dû à mon manque de connaissances dans le domaine). Mais le P2P n’est pas l’unique moyen d’échanger des données.

    Ils veulent nous censurer au nom du « droit d’auteur » enfin plutôt en réalité au droit des grandes industries qui, pour simple profit personnel, veulent tuer l’innovation culturel.

    Quelque part, je souhaite que ces gros Lobby y arrivent afin de voir la force du peuple face aux industries qui nous prennent pour des pigeons sans cervelles….

  4. Paul Auteur de l’article

    @simon : le P2P me parait une bonne solution moi 🙂
    @Loic : 404
    @FX : le Streaming c’est le mal !
    @Lysander Lear : Non, on a fêté ça à la bière 🙂 Voir le terme « under » associé à MU me fait doucement rire, les premières heures du Warez je les ai vues… Rien à voir avec MU ou les services identiques ! Le partage est dans la nature de l’Homme et la copie dans son éducation, oui on verra de nouvelles solutions émerger ou d’anciennes refaire surface… La nature a horreur du vide ! Je partage ton analyse : on est au début d’une nouvelle ère !
    @Tobiz : P2P FTW ! non rien de plus à ajouter 🙂
    @js : juste à côté du bouton « développer ses arguments »

  5. js

    @Paul Pas le temps je bosse 🙂
    Pour les arguments, c’est juste que j’aime bien regarder un petit film gratos avec ma femme le soir avant de me coucher. ++

  6. js

    Tu as raison. C’est le titre qui me repousse.
    Alors là tu peux y aller du genre « tu n’as pas vu le bouton je me décourage vite » ou le bouton « j’ai l’esprit fermé ». Mais, je fais comme la majorité des gens, je regarde un film parce que la pochette est sympa. Je suis conscient de passer a coté de très belles choses en procédant de la sorte, et cela m’amène à changer sur ce point.
    Je lirais donc ton article ce soir 🙂

  7. redtouffe

    Rockefeller, Rothschild, Rhodes, Warburg, Astor, Morgan, …

    A quand un article sur ces grandes familles oligarchiques ?

  8. Ping : Pourquoi je n’utilise pas Spotify. | Substance-M.net

  9. debianeux

    Je te lis, et je me dis : mais en fait, il a tout juste, le mec !

    Dans tout ce que j’ai pu lire ces derniers jours, tu es le seul qui se réjouit de la mort du mégabidule en avançant les BONS arguments !

    Merci d’avoir remis le serveur au milieu du centre de calcul… 😉

  10. Soul

    Mouais perso ce qui me fais le plus chier c’est que ça a cassé le business de pas mal de monde, je sais pas si vous avez la moindre idée du nombre de personnes qui se retrouvent « à la rue » à cause de la fermeture des payements de pas mal de plateformes…

  11. Ping : Anonymous le nouveau phénomène des médias | tornad3

  12. Vincent

    Enfin quelqu’un qui a la tête sur les épaules à ce sujet, merci, je commençais à me sentir seul et sans défenses… Ce qui m’a le plus troué, ce sont les images qui circulent sur FB en comparant la sentence (qui n’a pas été ni rendu ni appliquée que je sache) que – risque – du coup – le fondateur de MU à celle d’un violeur/meurtrier…

  13. Gilles

    @soul(16) : bâtir un business sur un autre business limite en terme d’avenir (légalité, conditions qui changent quand bon leur semble), etc… me semble aléatoire.
    WTF ?
    Si Paypal ferme d’un coup ok c’est chiant mais Mega* c’était pas comme un site genre légal 🙂 donc faut pas pleurer si baser un site dessus foire…
    Demain, je fais auto-entrepreneur comme fournisseur de seringue et de petites cuillères en lien avec les dealers de cracks et héro et je pleure si mes clients / fournisseurs sont arrêtés ?

  14. Jerome

    Pourtant Youtube contient beaucoup de films en entier, de façon illégale. Et Google contient beaucoup de liens vers du téléchargement illégal et gagne de l’argent en sponsorisant les liens lui aussi. Il n’est pas fermé par le FBI pour autant…

    Il me semble aussi qu’Universal a exigé et obtenu la censure et le retrait de la chanson Mega Song. Youtube/Google a obéi aveuglément avant de faire machine arrière, car MU avait trainé Universal en justice et gagné.

    Donc niveau légalité/illégalité, les uns et les autres ne me semblent pas clairs… Qu’en penses-tu Paul ? Faut t-il fermer Youtube ?
    Lui aussi est un site centralisé contenant du contenu illégal se faisant donc du fric sur les gentils ayant droits non ? 🙂

    Mais Obama ayant invité Eric Schmidt à faire partie de son gouvernement (offre déclinée), Google/YT me semble à l’abri des poursuites. Qu’en pensez-vous ?
    Facebook ayant organisé la campagne d’Obama, ils le sont aussi.
    Par contre, l’erreur de Kimbie a peut être été de ne pas financer les partis politiques. Microsoft a toujours financé le Parti républicain et le parti démocrate à part égale.

    Je crois que l’affaire est bien plus compliquée que simplement de l’hébergement illegal de films. Faudrait voir du côté du projet Megabox aussi : Le site a été fermé LA VEILLE de son lancement qui a peut être fait peur aux majors… bien des pistes à creuser. Ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain trop vite. Tout n’est pas blanc ou noir. Il y a des zones d’ombres… ^^

  15. Ping : Lulz, Anonymous et Cyberguerre 2 : L’Affaire Megaupload « (w)Here is my mind?

  16. lavertus

    Bonjour,

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi.

    Mégaupload était la preuve vivante que le publique est encore près à investir des millions pour accéder à du contenu culturel (ce que les majors niaient depuis des années en présentant ces solutions comme gratuite).

    Il existe donc un modèle rentable que les majors ne sont toujours pas près à adopter.

    Il y a toujours de l’argent à se faire avec les contenus culturel, les majors ne voulaient pas de cet argent, Megaupload l’a pris, c’est de bonne guerre.

    Cependant, je comprend ton point de vue, je le partage aussi, j’aimerai que l’Art se trouve un nouveau modèle économique. Ce modèle était une solution intermédiaire qui aurait pu être satisfaisante avant de trouver mieux.

    J’aurai aimer voire Megaupload tomber parce que les majors ont décider de proposer un équivalent « légal » et non par parce qu’il veulent conserver leur modèle préhistorique.

  17. LeCalif

    Je me veux volontairement choquant et de mauvaise foi, mais dans le fond, quel différence dans le principe entre l’activité de Magaupload et celle d’Universal? Les 2 font du partage de données… Mais un des 2 se mets au couvert de la protection des droits d’auteurs… Chose que, soit dit en passant, il ne savent pas si bien proteger car il ne font que rendre les créations artistiques trop cher pour un service devenu d’une utilité moindre du fait d’Internet et favorisent donc l’avènement de services comme MU dans leur part d’ombre (le partage de fichiers étant, je l’espère, une activité parfaitement légales…)

    Quel est la légitimité des tarifs des services rendus par Universal et autres éditeur?

  18. mosquito

    « J’aurai aimer voire Megaupload tomber parce que les majors ont décider de proposer un équivalent « légal » et non par parce qu’il veulent conserver leur modèle préhistorique. »

    Très beau résumé.
    (malgré quelques fautes 🙂 )

  19. Lysander

    J’ai connu aussi les débuts du net. J’fais partie des ordinosaures !! (j’ai aucune honte à l’afficher) Mais pour Madame Michu, ne pas avoir accès à quelque chose de simple, c’est mission impossible.

    Je côtoie souvent des jeunes, pour beaucoup, le ddl est quelque chose de simple à faire même si je cautionne pas cette connerie. Je vois beaucoup de jeunes qui s’en tape le coude avec une saucisse de ses trucs de barbu d’un autre monde.

    Je sais, tu vas me répliquer et alors ? Si j’aime un truc et que je peux plus le faire partager, ça m’emmerde sévère. On a beau dire ce que l’on veut, mais je le vois très bien que sur les trucs de barbu, i reste plus vraiment grand chose non plus. Ca va revenir mais si tu as une astuce pour que j’initie ces jeunes à ça, j’suis preneur =)

  20. Mag

    Quand j’ai lu le titre de l’article j’ai hurlé, ne voyant pas ce qu’il y avait de réjouissant à la fermeture de Megaupload. Après lecture je comprends tes arguments, mais je reste d’un avis différent. Pour le français lambda (très lambda d’accord), il y a eu hadopi, il a donc fallu trouver une autre forme de téléchargements sans risque, ça a donc été par le biais de sites comme Megaupload. D’accord tu dis que d’un point de vue éthique ça n’est pas correct, mais megaupload permettait tout de même aux utilisateurs gratuits de profiter de ses services. Il aurait été contraire à l’éthique de restreindre soudainement l’accès. Maintenant que le site a été honteusement fermé que se passe-t-il? Tous les sites dans le même genre ont restreint leurs accès. Plus moyen de regarder en streaming, trouver des liens de téléchargement devient plus difficile. Alors rien que pour le climat qu’a instauré la fermeture de megaupload, je ne crois pas que l’on puisse intituler de cette façon ton article.
    Je comprends tes arguments, mais lorsque l’on se place du point de vue de l’internaute de base cette fermeture est un cauchemar. Avec des connaissances minimums en informatique, comment trouver un moyen de maintenir cet accès à la culture?

  21. Valery

    Absolument pas d’accord : les fondateurs de megaupload ont offert un service correspondant aux besoins des utilisateurs à un prix raisonnable. Il est légitime qu’ils aient pu gagner de l’argent avec ce service qui correspond aux attentes du marché.

    Comme Netflix ou Amazon aux Etats-Unis ils ont démontrés que les utilisateurs étaient prêt à payer dès lors que l’on ne se moquait pas d’eux avec des arnaques comme la VOD et les DRM. Notons que ces offres ont des tarifs encore moins élevés que MU.

    En revanche ils ne sont pas prêt à payer pour le contenu dont ils savent que la coût marginal de reproduction est désormais quasi-nul mais pour le service et l’innovation : accès au catalogue, moteur de recherche, playlists, HD, stockage dans le cloud, utilisation multiposte et mobile…

    On peut naturellement se réjouir que le lobbying de la mafia des industries du divertissement oblige les usagers à apprendre des techniques nouvelles pour les contrer mais il ne faut pas se leurrer : dès qu’une offre légale décente et pratique existera elle réussira (cf. Deezer / Spotify qui connaissent un certain succès par leur aspect pratique) : ce que veulent les utilisateurs c’est du iPad pas du Linux.

    L’industrie le sait mais avant de se résoudre au décès de la poule aux oeufs d’or (les nouveaux modèles n’étant pas nécessairement aussi lucratifs) elle profite de son influence pour tenter imposer via les États une survie artificielle de modèles de revenus que le marché lui refuse désormais.

    Le vrai problème est qu’une fois qu’ils n’en auront plus besoins les États conserveront les dispositifs de censure et de contrôle qui auront été mis en place.

  22. Hum

    Payer un abonnement (dont rien ne revient aux artistes) pour télécharger des oeuvres qu’on ne veut pas acheter aux majors qui vampirisent les artistes : MU nourrissait un paradoxe idiot. Et ce paradoxe alimentait d’ailleurs la rhétorique belliqueuse des industries prédatrices qui poussent Hadopi, SOPA ou ACTA. La meilleure chose que pouvait faire MU, c’est en effet de mourir sous les coups de brute d’une administration au service de quelques conglomérats industriels. Peut-être que l’atomisation de MU va avoir son effet Flamby : Anonymous se mobilise, et au-delà, des assos soucieuses de libertés publiques.

    Ceux qui prétendent, comme le pauvre Joffrin, que ces mouvements sont ceux de jeunes consommateurs avides et proudhonistes, ne se posent ài aucun moment une question simple : comment se fait-il que les réseaux de hackers qui se mobilisent activement contre les dictatures orientales et portent une assistance technologique aux insurrections arabes, se dressent également contre les législations soi-disant « protectrices » du capital informationnel occidental ? Parce que dans les deux cas, il est liberticide !!

    On commence peut-être à distinguer, au sein de la population, certains enjeux du contrôle technologique. Bien sûr, on se mobilise plus facilement contre des industries ventripotentes qui imposent leur monopole par la force, que contre le discret fichage biométrique de la population, ou la criminalisation des lanceurs d’alerte type Wikileaks, la vidéosurveillance. Mais au moins y a-t-il ds réactions. ACTA est dans les tuyaux depuis plusieurs années maintenant, et on désespérait que les foules se mobilisent. L’effet « Indignés », sans doute aussi.

  23. Hum

    MU est dégommée aujourd’hui par le FBI parce que MU servait massivement au piratage. Les futurs MU seront légaux parce qu’ils seront exploités par les Majors de l’industrie culturelle.

    Le problème n’est pas que le prix de vente par rapport au coût de production. La question est celle de l’étendue de l’offre par rapport à la liberté que souhaite l’utilisateur. Et le seul mode de distribution qui soit réellement à la hauteur de l’aspiration à la liberté, c’est le P2P. L’objectif, c’est l’échange non-marchand gratuit.

  24. Ping : Natroll reçoit… Paul Da Silva !

  25. tenshin

    Je n’est peux être pas vos connaissances, et je c’est bien que Mega n’était pas très clair.
    En attendant, je n’ai pas de TV et je suis un fana de ciné et de musique. Si je devais me cultiver au moyen de mes finances je devrais men tenir a la télévision.
    Quand on voit le prix d’une place de ciné ou d’un disque, ça fait peur.
    Quant aux Américains, ils ont beau jouer les gendarmes du monde « libre », ils n’acceptent pas nos films au prétexte qu’ils n’aiment pas le doublage.
    Si l’ont veux avoir la chance de voir nos films ( qui valent largement les leurs) chez eux, il faut tourner dans la langue de Shakespeare.
    Venons en aux partages, car tout le monde dit Piratage, excuser moi mes quand je regarde un film ou que j’écoute de la musique, ces que je veux connaitre. Si l’artiste ou le film me plaît et que j’ai les moyens, j’achète. De plus j’ai fait connaitre des oeuvres à des gents qui ont adoré et ils ont acheté les originaux.
    Quand je vois certains films, je me dis qu’avec mon budget si j’avais dû voir une telle daube aux cinés j’en aurais chialé.
    Je suis contre le téléchargement des films PIRATER aux cinémas. Mes quand l’oeuvre est sortie dans le commerce je ne vois pas pourquoi ont ne peux la PARTAGER.

  26. Ping : Flattr: rapport pour janvier 2012 | Blog à part: troisième époque

  27. Rémy

    On vit dans une société avec un modèle assez simple:
    Tu travailles, ton travaille est récompensé par de l’argent.

    Ensuite vient se greffer les recherches de bénéfices, profits, rentabilité qui a mon sens sont une pure bêtise.

    Mais il ne faut pas oublier que l’on vit sur ce principe là, tout travaille mérite salaire.
    Il ne faut pas oublier que chacun des livres, albums, jeux, films, logiciels que nous avons téléchargé est le fruit du travail d’une personne ou d’un groupe de personnes.
    Si on ne paye pas pour le travail qu’ils fournissent, alors ils cesseront de travailler.
    Au même titre que quand vous travaillez au boulot (ou que vous travaillerez) vous êtes bien content de recevoir une paye (ou vous serez bien content plus tard de recevoir une paye). Si vous ne recevez pas de paye, vous ne travaillez pas non? (dans un cadre professionnel)

    Mais on en revient à ce que je disais certains artistes veulent juste vivre de leur musique, un travail qui mérite salaire, et télécharger leur production illégalement devrait vous poser un cas de conscience.
    D’autres qui en ont plein les poches veulent tirer le maximum de bénéfices, un maximum de profits, s’enrichir sur le dos des autres, et là en ce qui me concerne le cas de conscience n’existe pas du tout (exemple : Microsoft)
    De même qu’avant de télécharger des albums ou des films sorties il y a de ca 20, 30, 40 ans, on peut se demander si nous allons pénaliser les gens qui ont travaillés sur ces albums ou films, en ce qui me concerne je ne pense pas que nous les pénalisons aujourd’hui. Alors ca ne me dérange de me télécharger la discographie des Pink Floyd, un petit Pulp Fiction, ou bien un album de Janis Joplin.

    Quand on ferme un site comme megaupload, et que tout un tas de personnes crient au scandale, s’indignent, reprochent la censure , je pense que c’est exagérer car on en a tous bien su en profiter au détriment d’autres personnes.
    Le site a fermé, notre petit confort va en pâtir c’est sûr, mais prenons un peu de recul et n’oublions pas que nos 35h et autres sont payées.

    C’est un sujet qui m’intéresse beaucoup et j’aime entendre les opinions de chacun. Si vous souhaitez en parler en privé car ici le « débat » ne se fait pas vraiment voici mon adresse mail: [email protected].

  28. Ping : Lulz, Anonymous et Cyberguerre : l’affaire Megaupload. | Diffractions

Les commentaires sont fermés.