Archives par étiquette : deezer

J’ai un problème avec Deezer

Depuis quelques temps, et au grand plaisir des ayant-droits divers et variés, on parle beaucoup de l’offre légale. Celle-ci se résume malheureusement à très peu d’acteurs (je vais revenir sur l’un d’entre eux dans quelques jours) dont la plupart proposent d’écouter la musique en « streaming ».

Le titre est un raccourci un peu rapide en ce sens où mon problème ne vient pas Deezer en soit, que j’utilise tous les jours et qui est une très bonne implémentation de ce système, mais du streaming en lui même.

J’ai pris conscience de ce soucis il y a peu et il m’a été confirmé par Richard Stallman qui a su mettre les mots sur ce que je n’arrivais pas à définir. Une bonne partie de la réflexion sur laquelle je base cet article est donc un dérivé d’une conférence à laquelle j’ai assisté il y a peu sur le copyright et les communautés.

Lorsque vous écoutez votre musique en streaming vous n’en êtes propriétaire à aucun moment – la plateforme, les ayant-droits, les artistes le sont, mais vous, si vous dépensez 10€ dans un abonnement vous n’aurez que l’impression d’être propriétaire de votre musique. En effet c’est une licence d’accès à un catalogue que vous payez, sans que celle-ci soit définitive qui plus est.

Si cette méthode d’accès à la culture venait à se généraliser (et c’est déjà le cas avec les lecteurs type Kindle pour la littérature) on arriverai à une situation où le public a un droit d’accès à la culture numérisée mais aucun droit de possession sur elle !

De plus en plus de titres subissent, pour des raisons de droits différents dans les pays, des restrictions géographiques et un album que vous écoutez tous les jours sur Deezer – peut-être même celui qui vous a décidé à souscrire à l’abonnement – peut disparaitre de votre playlist du jour au lendemain.

De même si votre abonnement arrive à expiration cette licence expire du même coup et vous n’aurez pas plus que ce que vous aviez avant de souscrire à l’abonnement. Vous avez loué de la musique en quelques sortes…

Alors oui on peut accéder à la musique de façon gratuite, en supportant une pub pour Justin Bieber toutes les trois chansons, mais à la limite dans ce cas il est « normal » que l’on ne gagne rien à passer du temps sur le site. Quand par contre on paye, je trouve dommage que la musique ne nous appartienne pas.

On va me dire que je veux le beurre et l’argent du beurre ici, mais la réalité est plus simple que cela : quand j’achète du beurre je veux qu’avec mon argent on me vende du beurre et pas juste le droit de l’avoir dans mon frigo le temps que je fais la cuisine à l’huile d’olive (ça c’est de la métaphore à l’arrache)…

Et là on va m’opposer qu’il existe des alternatives type iTunes… Sauf qu’à ma connaissance il n’en existe pas qui donne accès à un catalogue pour une somme forfaitaire (ahem qui a dit licence globale ?)

Pourquoi je ne crois pas à la survie de Wormee ?

Hier soir je faisais un constat plutôt alarmant sur le challenger chassant sur les terres de deezer. J’ai décidé d’en faire la pensée geek du jour sur BDG : «Pourquoi j’ai l’impression que wormee va survivre deux mois ?».

Mais comme je ne suis pas (trop) du genre à troller sans donner d’explication je me permet de tenter une explication, chiffres et analyses à l’appui.

logo-wormee

La fréquentation

S’il est un outil que j’utilise tous les jours ou presque, pour faire de la veille concurrentielle ou même simplement pour avoir une idée sur un site web quelconque, c’est Google Adplanner. Le but initial est d’aider les annonceurs potentiels à évaluer un site web avant d’envisager de passer de la publicité dessus. A cet effet l’outil de Google donne quelques informations intéressantes sur les sites que l’on consulte…

Bien sûr les chiffres ne sont pas toujours bons, mais donnent une bonne tendance. Pour BDG par exemple, les chiffres donnés sur à multiplier par 1.5 pour arriver à la réalité.

Mais quand on s’intéresse au cas de Wormee avec Adplanner on fait un constat plutôt alarmant : le nombre de visiteurs est estimé à seulement 30.000 par mois. Même en appliquant le ratio trouvé sur un de mes sites on n’arrive qu’à 45.000 visiteurs par mois soit entre 1.000 et 1.500 visiteurs par jours !

En comparaison, Deezer affiche fièrement 12 millions de visiteurs par mois, soit environ 400.000 visiteurs par jours !

Mais il y a un autre point que soulève Adplanner à propos de Wormee : le type de visiteurs. En regardant la partie «Sites also visited» on s’aperçoit que l’audience principale de Wormee est composée de geeks. On peut dès lors penser que les visiteurs sont arrivés à la suite d’une lecture sur presse-citron, freenews ou autre journaldugeek… et qu’ils ne reviendront probablement pas.

A l’inverse, pour des sites comme deezer, jiwa et autres concurrents on constate que les «sites also visited» sont plus proches du grand public. Ce qui traduit (à mon sens) que le site est bien rentré dans les moeurs et que certains l’utilisent tous les jours sans pour autant être technophiles.

Continuer la lecture