Archives par étiquette : contrefaçon

Bientôt une place de cinéma à plus de 10€ ?

Les 215 projectionnistes de France et les quelques personnes qui ont entendu parler de leur mouvement de grève sont au courant : la profession est en train de disparaitre pour laisser place au tout numérique. Au delà de la tragique question du replacement de ces employés sacrifiés (à raison) sur l’autel du progrès, ce changement pose un gros soucis économique qui va encore un peu plus taper dans le porte-monnaie des cinéphiles…

La logique voudrait que le passage au numérique (il était temps quand même non ?) entraine une réduction du coût des places : la technologie de projection étant plus simple à produire, les supports plus simples à transporter, coût de fabrication d’un Blu Ray Disc bien inférieur à celui d’une bobine (une fois la presse calibrée), l’investissement se faisant sur le long terme, … Il n’en sera rien !

En effet les supports numériques sont bien plus simples à contrefaire que nos chères bobines de 35mm et le passage au tout numérique va devoir s’adjoindre d’un renforcement de la sécurité des précieux films.

C’est un problème auquel les majors du cinéma ont répondu d’une façon plutôt brutale pour éviter les risques de fuites liés à la distribution en avant première des films à la presse par un watermark souvent très visible et incrusté sur l’image du DVD envoyé à chaque journaliste – souvent ce watermark incluait le nom et la rédaction dudit journaliste…

Mais là on ne peut pas vraiment se permettre de jouer au même jeu en salle obscure : qui irait encore voir des films si le nom du cinéma était en plein milieu de l’image… (C’est déjà assez chiant sur les divx ^^)

Aussi il va falloir renforcer la sécurité des supports sur leur trajet et penser un système anti-copie, avec toutes les failles que l’on sait déjà que cela représente (DRM si tu nous entends : LOL).

Dans la foulée, les technologies de copie des films étant à la portée de tous lorsque l’on parle de copier du numérique vers le numérique, le personnel des cinémas vivra sous une surveillance permanente des majors. On peut assez facilement imaginer (puisque ça se fait déjà sur l’analogique) un marquage unique de chaque support permettant d’identifier le cinéma d’où est issu la copie d’un film.

Dans la lutte anti-piratage c’est donc encore le consommateur final qui va devoir mettre la main au porte-monnaie pour engraisser un peu plus encore les majors qui eux vont diminuer leurs coûts de fabrication…