Archives par étiquette : yoplink

Sortie de l’API de Yoplink

yoplinkA l’époque où je l’ai ouvert, en avril 2008, Yoplink était plus un exercice qu’autre chose pour moi… Quelques centaine de milliers de visiteurs plus tard j’ai décidé de lui donner une nouvelle dimension. D’abord avec un nouveau design pour les pages de lien, puis, depuis aujourd’hui, une API pour que les développeurs du monde entier puissent proposer des liens minimisés et monétisés.

L’API se présente (pour le moment) sous la forme de 3 fonctions et d’une documentation.

http://api.yoplink.com/create.php

Cette fonction est la plus utile : elle sert à créer un nouveau lien tout simplement. Les paramètres à lui passer sont tous facultatifs, sauf l’url. La liste est la suivante : user,psswd,id,title,url.

http://api.yoplink.com/get.php

Utile pour une application qui décrypterait les liens produits par Yoplink, cette fonction retourne le vrai lien qui se cache derrière une url yoplink…

http://api.yoplink.com/user.php

Permet de vérifier si les identifiants passés par un utilisateur sont justes. Bien sûr cette fonction est sécurisée et le nombre d’essais est limité…

Documentation

L’ensemble de la documentation est disponible à l’adresse de l’API : http://api.yoplink.com

Mise en place, exemples en PHP

Une fonction de base qui permettrait de récupérer l’adresse générée par l’API :

$url_yoplink = file_get_contents(‘http://api.yoplink.com/create.php?title=’.$title.’&url=’.$url_origine);

La même chose, mais pour décrypter un lien :

$url_origine = file_get_contents(‘http://api.yoplink.com/get.php?id=’.$url_yoplink);

Enfin, pour tester si un utilisateur existe :

$user=file_get_contents(‘http://api.yoplink.com/user.php?user=’.$pseudo.’&psswd=’.md5($mdp));

Bien sûr, vous pouvez utiliser à peu près n’importe quel langage, le principe est le même qu’en PHP : il suffit de récupérer la page construite proprement en suivant la syntaxe fournie dans la documentation de l’API.

Si vous avez besoin d’aide ou de détails n’hésitez pas à commenter ce billet…

Corriger le bug de l’extension firefox LongURL

twitter-logo-smallSi vous utilisez twitter ou si vous surfez régulièrement sur des forums, vous êtes forcément tombé sur des liens «réduits». C’est d’ailleurs un service que je propose avec mon réducteur d’url : Yoplink.

Sauf que parfois on veut savoir sur quoi on clic, avant de cliquer. Ne serait-ce que pour éviter de se faire rick-rolled…

C’est là qu’intervient la superbe (oui je pèse mes mots) extension firefox LongURL Mobile Expander.

Sauf que depuis la dernière mise à jour, lorsque vous ouvrez un fichier local ou que vous allez sur un site local (http://localhost par exemple) vous avez le droit à une superbe erreur javascript à peine gênante :

Error: current_domain is null

La bonne nouvelle c’est que j’ai réussi à isoler la source du problème (la fameuse extension LongURL Mobile Expander) et que, du coup, j’ai corrigé quelque peu cette extension pour qu’elle continue à fonctionner sans pour autant m’empêcher de bosser en local…

Pour cela il suffit de chercher le dossier de l’extension dans votre profil firefox. Sous Linux par exemple :

cd
cd .mozilla/firefox/s54sdf454.default/extensions
rgrep -iFlr « longURL » .

Où s54sdf545.default est votre dossier de profil. Si vous ne savez pas ce que c’est, j’ai une bonne nouvelle : vous ne devriez en avoir qu’un.

Grâce à ces commandes vous devriez avoir retrouvé le dossier d’installation de l’extension. Il vous suffit ensuite d’ouvrir le dossier et d’éditer le fichier content/script-compiler.js

Juste avant  la ligne 101 de ce fichier (alert(e2);)  vous allez rajouter la condition suivante :

if(e2!= »Error: current_domain is null »)

Ce qui donnera :

if(e2!= »Error: current_domain is null »)
alert(e2);

En gros : si l’erreur est celle qui nous embête : on ne l’affiche pas !

Il suffit ensuite de redémarrer firefox, et d’apprécier la différence !

Note de service : BDG et Yoplink

Une des raisons pour lesquelles j’ai décidé d’ouvrir un blog est de pouvoir tenir informés les visiteurs de mes divers sites sur les améliorations que je fais subir à ceux-ci. Ces derniers jours j’ai travaillé (en plus d’unfoyer) sur BDG et Yoplink.

BDG : blagues de geek

bdgBlagues de geek est le premier de mes sites qui a réellement fonctionné (à mon échelle) : il rassemble tous les jours entre 1000 et 1500 geeks venus se divertir. Sauf que depuis quelques mois, ce chiffre est assez stagnant. Et comme tous les gens qui s’impliquent dans leurs projets, je n’aime pas quand ceux-ci stagnent !

Le pagerank (PR) de BDG a récemment baissé de 4 à 3. J’attribue cette baisse à la perte d’un gros BL (+/-45k pages) retrouvé depuis. Mais même si les choses devraient revenir à la normale assez vite, j’ai décidé de bosser un peu sur le référencement de BDG en ajoutant des titres (<h2>) sur les pages qui n’en avaient pas et en modifiant quelques titres (<title>) de pages trop peu explicites à mon gout.

J’ai aussi demandé la suppression de ce site de l’index de wikio qui, d’après ce qu’on peut lire ces derniers temps sur le web, se transforme de plus en plus en voleur de contenu qu’en moteur d’indexation…

Sauf que là où j’espérai amener une centaine de visiteurs de plus par jour, j’en ai vu partir le double !

Après quelques vérifications (et de grosseurs sueurs froides) je me suis rendu compte, grâce à un outils de veille maison dont je vous parlerai dans un prochain article, que GoogleBot (le robot de Google) n’était pas passé chez moi depuis le 07/06/09 soit 16 jours ! Alors que d’habitude il passe plusieurs fois par jour.

C’est comme cela que j’ai réalisé que lors de sa dernière visite, et pour une raison qui m’échappe encore, il a rencontré plusieurs erreur 500 et 404 et a décidé de ne plus venir sans y être invité…

Depuis j’ai ré-envoyé mon sitemap, qui a été téléchargé avec succès et en moins de deux heures, Googlebot a visité plus de 250 pages. J’ai aussi retrouvé mes positions sur quelques mots clefs «évidents» (blagues geek, blagues de geek, …) et espère les retrouver sur toutes…

Yoplink

Yoplink est un minimiseur d’url qui permet de monétiser les liens minimisés. Alors qu’il n’a jamais vraiment attiré les foules, il est depuis peu assez utilisé (qui a dit twitter ?).

Le principe est simple : votre URL est trop longue, vous la minimisez pour la transmettre plus facilement. Mais comme ce serait bête de ne pas en profiter au passage, je vous propose d’y ajouter de la publicité Adsense et donc, de monétiser ce lien !

Compte tenu de la fréquentation nouvelle de ce service, je lui ai fait subir un léger lifting (sur la page des liens) comme vous pouvez le voir sur la capture d’écran ci-dessus.

J’ai aussi ajouté une option simple permettant de partager le lien sur twitter. A cet effet la syntaxe est des plus simple puisqu’il suffit de faire un lien de la forme suivante : http://twitter.com/home?status=<?=urlencode(‘message a envoyer’)?>

Rappelons au passage que Yoplink possède une extension firefox (ma toute première) et un mod pour le CMS de forum punbb.