Archives par étiquette : wawa mania

(Moi aussi) j’en ai marre de cette hypocrisie Wawa-mania…

Cet article est une réponse à l’excellent billet publié par @Bluetouff : La victimisation de Wawa-Mania m’énerve – article qui résume assez bien ma façon de penser par rapport à toute cette affaire et sur lequel j’aimerai rebondir en plus des quelques lignes communément admises dans un commentaire. Vous êtes donc prévenus : billet fleuve en perspective ! Pour les pressés ou les fainéants il y a un résumé à la fin 😉

Rapide rappel des faits

Sur ce blog je pars toujours du postulat que vous ne vivez pas dans un igloo et que par conséquent vous êtes au courant des sujets que je décide d’aborder… Pour une fois on va faire comme si la vie dans un igloo était votre truc et reprendre l’affaire de zéro.

Wawa-mania est une des plus grosses board warez françaises. On peut y trouver des centaines (voire des milliers) d’oeuvres protégées par le droit d’auteur et par le copyright pour peu que l’on sache se servir d’un champ de recherche ou que l’on aime se perdre dans les méandres d’un forum surpeuplé et sur-actif. Comme tous les forums de ce type il est hautement surveillé à la fois par les autorités et par les milices type ALPA. Et un jour ce qui doit arriver arrive : les autorités en question, sous la pression des milices en question interviennent et frappent un grand coup. Pour l’exemple…

Manque de chance pour Zac, Dimitri Mader de son vrai nom et administrateur de Wawa-mania de son état, cette fois-ci la justice semble vouloir aller un peu plus loin que d’habitude dans la théorie de l’exemple. Notre cher administrateur de 21 ans va devoir répondre de ses actes dans un procès tout ce qu’il a de plus normal et il y est condamné à payer une caution de 20.000€ avant le 7 mai 2010 pour rester en liberté d’ici à un second procès dans un an.

Jurant ne pouvoir rassembler la somme, Zac propose d’échelonner la caution… Sauf que comme il n’a pas été coopératif avec les ayants-droits jusque là, ceux-ci n’ont aucune raison de l’être avec lui. Cette demande est donc naturellement rejetée.

Et c’est là que ça se gâte ! Persuadé d’être un robin des bois des temps modernes (qui prendrai une commission sur ce qu’il reverse aux pauvres) Zac se lance dans une campagne de communication affligeante. Est alors créée l’Atild : l’Association pour le Téléchargement sur Internet et la Libre Diffusion (tout un programme) dont un certain Aurélien Boch est le président.

L’association est en charge de trouver les 20.000€ de caution qui serviront à garder le pauvre Zac hors des murs de la prison à laquelle les ayants-droits le destinent.

Continuer la lecture