Archives de catégorie : Musique

Des pirates et des artistes…

A mon grand étonnement j’ai appris il y a peu que certaines personnes considéraient le Parti Pirate comme une organisation « anti-artiste ». Si je ne peux m’exprimer sur ce point au nom du PP ici je tiens à témoigner de ma vision personnelle des choses, en tant que pirate assumé.

Aujourd’hui on utilise le mot pirate à tout va, là où le mot était utilisé pour désigner une personne qui tue, viole et pille il y a quelques décennies les lobbies divers et variés de l’industrie ont réussit à détourner la signification pour que le terme soit à applicable à presque tout un chacun.

Mais qu’est ce qu’un pirate ?

Un pirate (actuel) est quelqu’un qui veut profiter de la culture telle qu’elle existe sans pour autant passer systématiquement à la caisse. Cet acte peut avoir plusieurs raisons qui à elles seules pourraient faire l’objet d’un article, mais le fondement est là : un pirate est un public.

Pour ma part j’achète des livres presque au kilo, je télécharge de la musique, des séries et de films de façon très régulière (en tout cas quand mon emploi du temps me le permet), je vais à des concerts, des expos, des représentations de théâtre… Bref j’aime l’art !

Je l’aime tellement qu’une grosse part de mon budget passe effectivement là dedans et que j’y consacre une grande partie de mon temps, que je pourrai passer tout autrement à boire et faire la fête avec des amis…

Qu’est-ce que l’art ?

L’art est un synonyme de la création, c’est une notion qui peut désigner à peu près n’importe quoi qui ait été créé pour divertir et pas pour assouvir un autre but.

Ceux qui créent sont parfois appelés des artistes (certains rejètent ce terme), mais ce n’est pas cela qui est important à la base : c’est l’art en lui même.

Ainsi lorsque l’on promeut un accès pour tous à l’ensemble de l’art on pense avant tout au public, mais l’essence de l’art étant de divertir (ce qui ne peut être fait sans public) les artistes en profitent par extension en trouvant un public. Et là où le législateur va penser à un type d’artiste en particulier nous souhaitons que tous, qu’ils soient signés ou non, qu’ils aient envie de l’être ou non, … aient leur chance face au public et ce, sans avoir à passer par des intermédiaires qui ont tout intérêt à limiter l’offre pour en garder le contrôle.

Peut-on décemment considérer que quelqu’un qui fait passer la création avant le créateur (toutes proportions gardées) soit contre ledit créateur ? Et cette question prend encore plus de sens lorsque l’on considère le fait que l’art a besoin d’un public et que de plus en plus d’artistes n’auraient pas trouvé leur public sans les bienfaits du piratage !

Enfin, en réduisant les pirates au simple partage des œuvres on oublie que ce sont aussi eux qui réfléchissent à un nouveau modèle de financement de la culture qui serait plus juste pour le public mais aussi et surtout pour les artistes qui sont actuellement piratés par les intermédiaires !

Les internautes, Universal 2.0

J’ai eu la chance et le plaisir de lire il y a peu le livre de Pascal Nègre, président d’Universal (critique à venir dans les jours prochains sur Read Write Web) et j’aimerai rebondir sur un point en particulier et en détails ici avec une proposition technique.

Actuellement ce qui bloque réellement les musiques libres, la culture libre en général, c’est le difficile accès aux radios (ou autres médias) qui sont littéralement trustées par les majors… Alors sur la question de savoir à quoi cela est du, j’ai bien mon idée (et non c’est pas pour les beaux yeux des producteurs) mais à la limite on s’en fout !

Ce qui manque aujourd’hui c’est une passerelle entre le public et les artistes… A moins que !

L’idéal de la culture est une culture dans laquelle chacun de nous se retrouve, non pas qu’elle est uniformisée façon majors, mais qu’elle est suffisamment vaste pour que si vous avez une préférence pour le hardstyle en do majeur et en provenance du sud de la Pologne vous ayez quand même du choix !

Alors qui de mieux pour décider de ce qui plait au public que le public lui même ? N’envoyez pas le nom de votre candidat préféré au numéro surtaxé qui défile en bas de l’écran de votre boite à temps de cerveau disponible, gardez les tous !

Combinez cela avec un réseau social intéressant pour les « simples auditeurs » devenus « simples présidents de leur propre label » et vous avez tout ce que l’Internet a a offrir de meilleur. Quand on voit le nombre d’utilisateurs de Facebook, Twitter, 4square, … les possibilités sont infinies !

Comme je pourrai écrire dessus pendant des heures, et que si j’avais des heures je préférerai les consacrer à ce type de projet je vais finir cet article par une liste d’idées, bonnes ou mauvaises mais qui me paraissent intéressantes à développer ensemble pour former un réseau social musical qui mette réellement en avant la musique !

  • un moteur de recherche ultra-précis et performant
  • des suggestions en fonction de vos goûts et de ceux de vos amis
  • un système de popularité en fonction des goûts de chacun pour trouver ce qui plait aux gens qui ont les mêmes gouts que vous
  • de l’incentive à la découverte avec des récompenses pour les meilleurs découvreurs
  • une rémunération directe du public à l’artiste, typiquement via Flattr
  • une interconnexion avec les réseaux sociaux existants pour partager toujours plus
  • une interconnexion avec les plateformes de musique en ligne existantes pour avoir plus de choix
  • des applis mobiles sous forme de webradio avec plébiscite simple
  • du téléchargement gratuit et légal pour propagation de la musique !
  • pourquoi pas une boutique type spreadshirt par groupe (business model ?)

En quelques mots tout est possible et il est temps que le possible devienne réel et permette à la culture de se libérer au détriment des majors qui n’ont que trop longtemps verrouillé tout cela à grand coups de popstar, star’ac et j’en passe !