Archives mensuelles : août 2011

La surveillance de Facebook par la Hadopi ? lol !

Vous connaissiez 3M et ses propositions farfelues, voici maintenant 3B qui me semble bien décidé à détrôner notre Muriel préférée (jamais accroché avec Muriel Robin). Introducing : Bruno Bourg Broc !

Ce cher monsieur 3B s’est réveillé le matin du mardi 23 août, visiblement de mauvaise humeur, et s’est demandé (donc a demandé au ministre de la culture) si les réseaux sociaux finalement c’était si bien que ça… Bon passons sur la pertinence de la question, je vous laisse seul juge, là où cela devient drôle c’est quand ledit député (et on va revenir sur son parcours) suggère carrément que l’on envisage d’attribuer une mission de surveillance de ces réseaux par la Hadopi.

Rappelons au passage que le but de la Hadopi n’a jamais été de lutter réellement contre le piratage mais bien de faire peur. Peur qui sera ensuite exploitée pour nous vendre de la « sécurité » basée sur la surveillance de votre « connexion internet » qu’il ne faudrait surtout pas négliger de façon caractérisée !

Et du coup forcément, la mission de la Hadopi devient beaucoup plus claire si l’on décide de lui adjoindre un peu de LOPPSI ou d’Arjel (censure) ou maintenant, comme le suggère 3B, de surveillance des réseaux sociaux. Pour rappel ce monstre à plusieurs têtes a existé  par le passé et est en passe d’être remis en route, il s’appelle Ammar404

Une pareille proposition ne peut-être ressentie que comme une négation du rôle des réseaux sociaux dans le printemps Arabe ou pire : comme un aveux de la peur des responsables français d’un même phénomène, pourtant salué par ces mêmes politiques quand arrivant à l’étranger (et bien sûr après que cela soit arrivé, ne nous mouillons pas trop tant que l’issue est incertaine).

Malheureusement pour monsieur 3B certains citoyens ont commencé à surveiller eux-même les politiques et la fiche dudit député sur le site de Regards Citoyens nous en apprend pas mal sur l’assiduité de la personne notamment.

Pire le site du monsieur fait preuve manifeste de négligence caractérisée puisque des failles de type XSS et injection SQL (non là pas de lien, mais j’enverrai un mail dans la journée) ont été très vite signalées sur Twitter (saloperie de réseaux sociaux !)…

Bref, balayer devant sa porte et avoir un minimum de connaissances du sujet traité peut-être intéressant avant de lancer de tels pavés dans une marre déjà pleine de remous…

La psychose de la fin de l’internet illimité

Vendredi dernier (19 août) Owni sortait un article sobrement intitulé « la fin de l’internet illimité » présentant l’entente en cours de nos chers amis de chez France Telecom (Orange), Bouygues et SFR sur une nouvelle segmentation des offres grand public qui pourraient introduire des paliers maximums de consommation en débit (vitesse) et en données (quantité).

Je n’ai rien à reprocher à l’article en lui-même (à ceci près que le dernier paragraphe qui est la clef de tout aurait du être un peu plus mis en avance à mon goût) et c’est même plutôt intéressant de glisser un oeil dans la serrure pour regarder comment les FAI se préparent ensemble (euh on a pas une loi contre ce type de pratiques en France ?) à la mettre profond au consommateur.

Ce que je déplore par contre ce sont les réactions à cet article alors que tout ce qui y est abordé est déjà en place et que bien pire se prépare depuis des années déjà…

On a vu récemment l’exemple de Orange qui se tire joyeusement la bourre avec Megaupload, Youtube eux aussi pourris par Free, SFR et Orange ou encore Dailymotion par Neuf

Bref la guerre des tuyaux a bien commencé depuis des années et le consommateur en souffre déjà, certes de façon moins visible et plus technique, par du bridage, du contrôle de débit sur ce que vous pouvez vouloir consommer et bientôt même sur du filtrage (thanks Hadopi).

Alors que là on parle de nouvelles offres, qui ne pourront venir qu’en complément des précédentes et à un tarif inférieur sous peine de voir une majorité des clients se sauver (cf. l’exemple sur la répercution e la TVA sur le mobile). Bref l’apparition de l’Internet par services gérés sur le fixe – ce qui de toute façon est au programme avec nos chères télé-connectées par exemple et restera dans tous les cas un choix du consommateur final.

La clef de l’article, le dernier paragraphe donc, est bien que Free n’est pas consulté par les autres opérateurs dans leurs petites magouilles. Il s’agit donc de proposer une offre qui puisse entrer en concurrence avec la (/les bientôt ?) offre de Free et pas torpiller d’un coup les 3 opérateurs qui ont déjà du mal à vendre leurs box à des clients qui associent de plus en plus free à un monsieur bizarre, mais qui a « tout compris ». Preuve en est que ce type de réunions pour accord sur les offres et tarifs (encore une fois, réunion tout ce qu’il y a de plus illégal) se tient en l’absence du casseur de prix.

Soit dit en passant, la solution à cette surcharge du réseau qui pousse les opérateurs vers ce type de mesures – ou d’autres encore pires – est une meilleure répartition de ladite charge. Et je connais justement une technologie, en plein développement, qui réparti beaucoup mieux la charge que ce que l’on connait actuellement sur le réseau… Dommage que je connaisse aussi une Haute Autorité qui a pour seul but de l’interdire et de la diaboliser…

Petite réflexion sur le DDOS à l’heure de l’immédiateté

Vous le savez probablement si vous trainez dans le coin de temps en temps, par principe je suis opposé au DDOS – j’ai fulminé en lisant la réflexion de RMS sur le sujet et puis comme souvent je me suis remis en question – qu’est-ce qu’un DDOS de nos jours au sein de notre société ?

Déjà posons les prémisses : je n’aime pas la comparaison avec une manifestation de RMS. Laissons au matériel ses modèles anciens et réfléchissons sur de nouvelles bases quand on aborde l’immatériel, ça ne peut-être que plus sain.

Ensuite : ce que je reproche au DDOS est principalement d’être de la censure unilatérale d’un moyen de communication (appartienne-t-il à un dictateur, je préfère que tous puissent le voir s’exprimer) sous la pression d’une masse pas nécessairement représentative de qui / quoi que ce soit. En l’espèce c’est donc une forme de gouvernance par la terreur « be good ou on te censure » – Mais en même temps je considère la politique moderne comme une forme de terrorisme aussi (je reviendrai un jour sur ce principe).

Et puis d’un autre côté on a un certain nombre de gouvernements, d’institutions, de monopoles en tout genre inatteignables au quotidien, pour certaines institutions dans certains pays on peut espérer apporter un peu de sa voix toutes les x années, pour beaucoup on a plutôt intérêt à se taire… Et à côté de cela l’actualité avance, elle va même à une vitesse jamais égalée et est accessible par (presque) tous.

Alors que faire ? Sachant que l’on a un outil qui nous donne une voix toutes les x années et un autre qui nous permet de réagir instantanément, sans compétence particulière, sans limite d’âge, de nationalité ? Comment résister à cet appel qui pourrait se résumer à « le pouvoir par le peuple et pour le peuple » si tous s’y mettaient demain (ce serait un beau bordel mais je serai curieux de voir ça).

Je reste opposé au DDOS dans son principe, je suis ravi de le voir reculer ces derniers temps mais finalement je comprends la démarche et suis attristé de voir la chasse aux sorcières lancée contre ceux qui n’ont fait que donner un outil (qui existait déjà depuis bien longtemps, hping3 au hasard) à d’autres pour s’exprimer.

Bref comme la comparaison dont on parlait au début avec une manifestation, la comparaison avec du vandalisme souvent lancée dans les médias par les autorités ne me paraît pas justifiée et il est temps de réfléchir à une alternative permettant aux gens de prendre la parole plus simplement dès qu’ils le veulent plutôt que de taper sur ceux qui le font avec les outils que leur donne « le camp d’en face »…

Pirate Parfum – Quand le piratage s’attaque au luxe (avec brio)

Si l’on m’avait dit que j’écrirai un jour sur du parfum je me serai senti obligé de devenir violent (au moins verbalement) avec le médisant… Mais bon tout arrive et, vous l’aurez compris, aujourd’hui je vais vous parler d’une toute nouvelle entreprise 2.0 pirate… qui fait du parfum !

Alors entrons tout de suite dans le vif du sujet : la contrefaçon (la vraie, celle qui se fait passer pour l’original et qui trompe le consommateur) c’est mal ! Mais bien entendu ce n’est pas ce que font nos amis de Pirate Parfum – bah oui sinon je ne vous en parlerai pas !

L’idée est extrêmement simple : un parfum actuellement c’est 95% de marketing, 5% de matière première et 100% de prix exorbitant. Partant de là pourquoi ne pas essayer de pirater le marché et de renverser la balance pour obtenir un produit toujours aussi qualitatif, inspiré parfois de ce qui existe déjà (publicité comparative, pas plagiat) mais bien plus accessible ?

Je suis entré en contact avec le responsable de la façon qui m’a fait entrer en contact avec tellement de monde par le passé : je leur ai signalé une faille sur leur site après avoir découvert le concept grâce à Twitter (so 2.0 ! so Pirate !). La réaction a été très rapide, la faille corrigée et la réponse plus que cordiale :

[…] Donnez moi votre parfum et vos cordonnées je vous envoi un parfum pour vous remercier.[…]

On a ensuite discuté un certain temps sur la philosophie derrière la boite, les profils très compétents qui l’ont lancée, le futur et tout cela m’a donné un très bon sentiment sur leur démarche comme sa réalisation. Je n’avais plus qu’à attendre mon Dubai, inspiré de l’Armani Code qui me coûte un bras à chaque fois que je me décide à l’acheter.

C’est chose faite aujourd’hui et je découvre avec plaisir un beau produit, bien fini et une flagrance très proche de ce que je n’achèterai plus à compter de maintenant (je préfère le packaging de Pirate Parfum en plus, je sais pas pourquoi).

Ah si j’ai une vague idée !

Alors comme on m’a appris que, si tu veux rester crédible, il faut aussi critiquer – mon seul regret à l’heure actuelle reste qu’il faudrait, pour que la démarche soit complète, que les recettes utilisées pour la confection des parfums soit rendue publique voire diffusée sous licence libre. Là alors nous aurions un vrai produit 100% pirate. La remarque a été soumise, wait & see !

En attendant, le rendez-vous des Pirates qui sentent bon c’est ici.

Lettre ouverte à François Hollande à propos de #Botzaris36

Le 20 Juillet 2011 François Hollande, candidat à la présidentielle française se disait préoccupé par la situation à Botzaris et promettait sa venue « dans les prochains jours ». Force est de constater que les jours en question ont passés et que la situation n’a fait que se détériorer avec notamment sa passive complicité.

Monsieur Hollande,

Vous êtes un Homme de gauche, quelqu’un dont le rôle en politique est de représenter les valeurs de l’Humain avant celles du système. Pire vous avez dirigé ce parti de gauche qu’est le PS pendant 11 ans ce qui devrait normalement rassurer vos futurs électeurs sur vos engagements en ce sens.

Les Français se lassent de la politique, de ses promesses jamais réalisées, de ses extravagances et de sa relative inefficacité sur les sujets qui les préoccupent directement.

Votre parti lui-même s’est souvent élevé contre la politique du tout répressif ainsi que celle de la stigmatisation des étrangers ou mêmes des Français qui ont le malheur de ne pas avoir un nom de famille ou un prénom qui sonne « bien de chez nous » , une couleur de peau légèrement plus foncée que ce que le ministère de l’immigration peut supporter.

Botzaris c’est justement ce cocktail là, ce mélange de racisme latent avec une politique qui prime sur l’Humain, un système corrompu qui risque d’être mis à mal par la révélation de documents compromettant et sa conséquence logique : la protection de ces racailles (le terme est beaucoup plus approprié ici que dans la bouche de notre président il me semble) au détriment d’une centaine de jeunes ayant risqué leur vie pour essayer de toucher du doigt ce rêve européen qui a aujourd’hui un goût amer pour eux.

Botzaris c’est ceci et uniquement ceci.

Aujourd’hui les documents ont disparu, les racailles des palais présidentiels et du parlement sont saufs, leurs réputations respectives ne seront pas entamées le moins du monde grâce à la passivité de ceux qui auraient du réagir vite et faire en sorte que ces documents ne s’évaporent pas dans la nature. Mais surtout c’est là le fait de ceux qui pouvaient réagir pour se débarrasser de ces documents et qui l’ont fait eux, très vite, et au détriment de vies humaines…

Alors que reste-t-il de Botzaris finalement ? Très pragmatiquement que peut vous apporter cette affaire ?

D’abord vous vous êtes engagé à venir. Un engagement dans la bouche d’un présidentiable n’a pas la même valeur que dans celle d’un simple citoyen. Et pourtant ce sont eux que l’on a vu au parc des Buttes Chaumont, eux qui se sont engagés et qui ont donné de leur temps, de leur argent, de leur santé…

Enfin le risque est passé, vos amis comme vos ennemis n’ont plus rien à craindre de ce sujet brulant ou de ces documents jadis intéressants tant pour la Tunisie et son histoire que pour la France et son devenir. Ainsi vous pourriez mettre le premier coup de pied dans une fourmilière que vous dénoncez vous aussi sans autre risque que celui de démarrer quelque chose de grand et de salvateur dans notre France : un bon coup de Karcher là où la politique ne va jamais nettoyer, dans ses propres rangs.

A bon entendeur et très cordialement,
Paul