Archives mensuelles : avril 2011

Hey, vous connaissez In Libro Veritas ?

J’ai déjà évoqué In Libro Veritas au détour de mes articles présentant mes divers projets de livre (un roman, un essai et un certain nombre de livres d’apprentissage)… Mais je ne vous ai jamais présenté le concept, le travail ahurissant abattu depuis 5 ans ou la philosophie qui se cache derrière ce site et surtout cette entreprise !

J’ai eu hier la chance de discuter assez longuement avec Mathieu Pasquini, le créateur et actuel gérant de la boutique comme il n’en existe pas d’équivalent actuellement. J’ai aussi eu l’occasion de l’écouter par le passé comparer la LOPPSI à l’autodafé moyen-âgeuse dans une métaphore filée des plus inquiétante car des plus pertinentes.


Mathieu Pasquini, In Libro Veritas au 5 ans de… par Flo2s_TV

La philosophie d’ILV dirigée par Mathieu est assez simple et pourtant très efficace : un catalogue (15.500 livres et 3500 œuvres du domaine public) 100% sous licence libre à la convenance des auteurs (qui sont aussi des internautes, connus ou inconnus), pour l’intérêt du public… Ouais c’est tout con, fallait juste y penser, se sortir les doigts [du cul] et lancer le machin il y a 6 ans, en 2005…

ILV c’est la matérialisation de l’immatériel, la liberté de choisir les conditions de sa publication, des ouvrages de qualité (faut que je refasse une commande moi), la certitude que derrière cette entreprise se cache une équipe qui n’oublie pas le public dans son fonctionnement… Bref un David idéaliste face à un Goliath présent physiquement dans un réseau de distribution historique.

Internet est le plus beau et le plus grand réseau qu’il soit, il connecte une part grandissante de la population mondiale et nous permet à tous de partager du savoir, des expériences, … Et, grâce à ILV, de re-matérialiser ces partages en un objet historique, qui n’a pas changé de support comme de chemise : le livre.

En attendant mes bouquins (qui seront définitivement chez ILV) une petite liste non-exhaustive (bah oui 19.000 titres on t’a dit) de ce que l’on peut trouver chez ILV :

Internet et Création par Philippe Aigrain
La bataille Hadopi par un collectif d’auteurs
Zadig, ou la destinée par Voltaire (et pour F. Lefebvre)
T’es qui toi de Valère la galère (découvert et adopté hier)

Et puis si vous n’arrivez pas à trouver votre bonheur sur ILV (franchement je sais pas ce qu’il vous faut !) vous pouvez toujours les soutenir grâce au mur prévu à cet effet.

Youhou, maman Hadopiée !!

Je dois bien vous l’avouer, j’étais jaloux de voir que les parents de Maxime ont été flashés avant les miens – J’ai bien un cousin qui a reçu une recommandation, mais il a pris un abonnement Megaupload donc ça compte pas (pas bien !)…

Et puis, de retour de ses vacances, ma mère toute bronzée ouvre ses mails… « Recommandation Hadopi »

Coup de fil à son pirate de fils, forwardage de mail, consignes de vote : tu changes rien, je m’occupe de tout !

Un petit coup de fil à la Hadopi plus tard, le courrier contenant les œuvres supposées partagées est parti – j’attends de voir.

Gros bémol toutes fois sur le mail en lui-même pour le moment : le partage est supposé avoir eu lieu le 31 mars (un jeudi) à 7h49 (dans le mail) sur emule (d’après la dame que j’ai eu au tel).

Sur l’ordi de ma mère, sous Ubuntu, emule n’est pas installé (Transmission suffit largement) – A ma connaissance, mon frère n’utilise plus ce logiciel… Et surtout n’est pas réveillé à cette heure-ci (son ordi étant éteint pour dormir).

Je vais faire quelques vérifications ce week-end, j’attends le courrier contenant le nom de l’œuvre et je vous tiens au courant… En tout cas félicitation à ma môman !

Edit : Après vérification, ni ma mère, ni mon frère n’utilisent emule… Je check le réseau ce week-end pour voir, mais normalement WPA2 en place (avec chaîne générée aléatoirement).

Edit2 : Bon j’ai été vérifier sur place ce week-end. La clef en place est une clef WEP pour des raisons de compatibilité avec un des ordinateurs. Le PC sous Windows n’a pas l’air infecté par un virus (scan antivirus + surveillance du réseau avec Wireshark) et un nmap n’a pas révélé de machine connectée à la freeboite à son insu. L’adresse IP présente dans le mail ne correspond pas à celle relevée ce week-end (dégroupage total et IP fixe avec freeWifi désactivé). J’attends les oeuvres supposées partagées et on demandera le PV d’infraction 🙂 Mais ça commence à sérieusement sentir le faux positif !

Edit3 : L’oeuvre supposée téléchargée est Le mytho, fleuron cinématographique dont je n’avais jamais entendu parler (faut dire que je suis pas fan d’Adam Sandler) mais surtout que ni ma mère, ni mon frère n’avaient téléchargé… Et pour cause : ils ne le connaissent pas non plus. Nous avons donc à nouveau des innocents accusés par la Hadopi ! Je vais demander le PV de l’infraction dans la journée…

Edit4 : Semblerait que le FreeWifi soit en fait activé puisque c’est une IP FreeWifi qui a été flashée, sur la même ville que celle où ma mère réside… Les codes n’ont, à ma connaissance jamais été utilisés, je fais tourner les miens quand c’est nécessaire…

La suite ici : http://www.paulds.fr/2011/04/hadopi-on-avait-dit-pas-la-famille/

Merci Pascal pour tout ce que vous faites pour le partage !

Après que l’on ait découvert, il y a peu, que Pascal Nègre voulait limiter les écoutes gratuites sur les plateformes de streaming légal c’est Spotify qui ouvre le bal avec une série de mesures plus aberrantes les unes que les autres pour enfermer un peu ces gentils consommateurs qui pourraient quand même payer… C’est vrai quoi au bout de 5 écoutes on sait si on aime un titre ou pas, on peut l’acheter merde !

Si dans la pratique pour les majors cela peut signifier que les gens arrêteront de profiter de la musique gratuitement (alors que cela rapporte aux artistes via les publicités notamment) dans la réalité des choses que va-t-il se passer ?

Dans la vraie vie, loin des 6 étages de bureau d’Universal, on va se replonger dans le débat des DRM, des mesures prises pour limiter les utilisateurs dans la jouissance d’œuvres pourtant acquises légalement ! Dans la pratique on va se retrouver exactement dans la même situation que celle qui a amorcé le déclin des majors à l’arrivée du numérique !

Personnellement je ne suis pas fan (du tout) des systèmes à la Spotify parce qu’ils peuvent, en fonction des accords qu’ils signent, priver l’utilisateur de la liberté d’accéder au contenu qu’il aime du jour au lendemain. Je trouve que ces solutions peuvent cohabiter avec une libre circulation des créations, apparemment je suis le seul puisque les mesures prises signent l’arrêt de mort de ces plateformes…

Les gens vont voir les nouvelles limites qu’on leur impose et chercher des systèmes qui leur permettent de s’en affranchir. Il y aura des bidouilles permettant de contourner ces limitations, surement assez techniques, mais il y aura surtout une vague de migration depuis des systèmes légaux vers d’autres qui le sont moins (voire pas du tout) mais qui prennent en compte les attentes des utilisateurs. Des systèmes toujours plus simples à utiliser, plus rapides et moins chers qui donnent au pirate moyen (qu’il sera devenu grâce à l’appétit des majors) un réel contrôle sur ce qu’il aime.

Reste une petite erreur de parcours Pascal : Hadopi ! Si vous pouviez faire un peu pression pour reléguer cette loi aux oubliettes. Je sais que vous l’avez voulu (et eu) mais comprenez que l’on pourrait envisager voir nos débits en P2P augmenter et les recettes de Megaupload et consorts chuter… Moi ça me parait une équation très intéressante pour le public, les artistes (bah oui c’est toujours intéressant de faire grandir sa fanbase, pour les concerts, les produits dérivés, la promotion, … notamment). La grande inconnue restera le rôle des majors… Mais ça je m’en moque un peu à vrai dire !

D’avance merci Pascal !

Mais où est Tom ? (cherchetomdanslanuit.fr)

On est vendredi, le premier avril en plus et ce soir je suis enfin en vacances… Donc on va se fendre d’un beau hors sujet !

J’ai reçu aujourd’hui à 13h15 et 45 secondes (GMT+2 [13:15:45 CEST]) un mail plutôt étrange via le formulaire du blog que je vous retranscrit ici parce qu’il m’amuse.

Julien Courtez wrote:
Bonjour,

Je me suis lancé dans un pari fou avec mon ami Tom : voyager dans le temps.
Depuis plusieurs semaines, nous avons planché sans relâche pour y arriver.

Nous allions enfin révéler à la planète entière notre invention mais ça a mal tourné !
Regardez le résultat : http://www.youtube.com/watch?v=P-EDgw4SOCc

A très vite,
Julien Courtez
Website: http://www.cherchetomdanslanuit.fr/

La vidéo en question est la suivante :

Et le lien qui s’affiche en fin de vidéo est celui que j’ai reçu comme site du dénommé Julien Courtez : http://www.cherchetomdanslanuit.fr/

Il affiche un compteur (en jQuery) qui arrive à zéro le 1er avril 2011 à 12h pile… Et rien ?

En cherchant un peu sur Google (mon ami) j’ai retrouvé les deux profils Facebook (celui de Julien et celui de Tom) visiblement créés pour l’occasion :

Julien Courtez

Tom Riverin

Sauf qu’après ça je suis lourdé… Alors comme ça m’amuse je me permet de vous distribuer la charge de la recherche 😀 Have fun !