Gravatar couramment utilisé Blog perso de Paul Da Silva

Je n’ai pas voté…

Posted on | mai 7, 2012 | 14 Comments

Hier soir j’ai, comme beaucoup, célébré le départ de Nicolas Sarkozy. Je n’ai caché ni ma joie de voir partir Nicolas ni mon scepticisme de le voir remplacé par François. Très franchement je ne suis pas vraiment rassuré, mais au moins je suis heureux. Sauf que je n’ai pas participé à tout cela, et je tiens à vous expliquer, maintenant que l’enjeu est passé, mon choix.

Je ne voulais pas publier cet article avant que le vote soit passé par peur d’influencer quelques indécis qui auraient autrement voté et auraient pu regretter ce choix de dernière minute par la suite. Mais j’ai pris la décision il y a de cela quelques semaines / mois de ne pas voter lors de cette élection. Cette décision n’était pas motivée par la flemme ou pas le traditionnel tous pourri (ça c’est ce qui m’avait motivé à voter blanc ou nul aux précédentes échéances) mais par un réel ras-le-bol du système actuel et du peu qu’il a à proposer aux simples citoyens comme vous et moi (ce blog est toujours bloqué à l’assemblée nationale et dans d’autres instances).

J’ai refusé de participer à un évènement qui met le vote et la représentativité au centre de la vie politique à l’heure à laquelle les citoyens ont à disposition des moyens techniques qui leur permettent, théoriquement, d’influer de façon continue sur la vie politique. Cette possibilité nous est refusée par les mêmes instances que nous sommes censés approuver et légitimer par le vote. En somme en votant, avec tous les aléas que cela représente et sur lesquels je vais revenir, on accepte de fait que l’on va être trompés et déçus sans rien pouvoir y faire, mais en plus on donne à ces personnes tout notre pouvoir et notre validation.

Jusque là je votais blanc ou nul, par manque d’affinité avec les candidats et surtout leurs programmes (auxquels je savais par ailleurs qu’ils n’allaient pas se tenir). Cette fois-ci j’ai décidé de changer et d’assumer complètement les positions que je défends par rapport à la démocratie et son évolution souhaitable. Ce que j’ai constaté hier c’est la victoire d’un homme. Ni celle d’un parti, ni celle d’idées et à quiconque voudrait de me contredire je me permet de le / la renvoyer aux débats divers et variés qui ont ponctué cette campagne triste à mourir.

Ce n’est pas ce que je souhaite pour le pays des droits de l’Homme, ce n’est pas la division qui, pour moi, est la solution à une gouvernance éthique et pro-active pour que le niveau de vie et des libertés puissent progresser. C’est très loin d’un idéal que je persiste à vouloir poursuivre et qui nous permettrait à tous de décider, à la majorité, ce que l’on souhaite non pas pour nos dirigeants (je n’entre pas dans un clivage gauche-droite ici, je parle bien de la politique et pas des patrons) mais réellement pour nous, les citoyens.

Ce dont notre pays, notre monde, a besoin aujourd’hui c’est de personnes qui seraient prêts à tout remettre à plat, qui auraient les couilles de tout casser pour recommencer en tenant compte de la façon dont notre monde a évolué – en bien sur des aspects en pire sur d’autres – et de l’annoncer clairement, en dehors de tout intérêt personnel et dans un simple et unique but : l’intérêt souverain de la démocratie. Ces gens là seraient les artisans d’un prochain régime, les derniers dirigeants avant qu’enfin une utopie se réalise : celle de la démocratie, la vraie.

Enfin je vais me fendre d’un petit mot sur les sondages et les influences (la raison qui m’a fait choisir de ne publier cet article que maintenant) : en suivant tout ce tintamarre (je ne trouve pas d’autre mot) deux mois durant j’ai, plus que par le passé encore, eu l’amère impression que l’on nous volait cette maigre décision qui est censée être la nôtre. Les sondages, les couvertures médiatiques partielles et partiales et surtout l’endormissement des foules par la vente de temps de cerveau disponible et l’assèchement de la quantité déjà très faible de l’initiative politique pour les citoyens ne permettent ni de faire un choix éclairé, ni de juger par la suite de la pertinence de son choix.

Le vote est un droit, et surement pas un devoir, auquel j’ai décidé de renoncer. Et tous les gens qui seraient tentés de me conspuer en avançant que certains sont morts pour ce droit devraient revoir leurs classiques : ils y liraient que les martyrs dont on parle, récents ou moins, sont tombés pour la démocratie – une valeur pour laquelle je me suis battu moi aussi depuis des années et pour laquelle je continuerai à me battre jusqu’à ce que mort s’en suive. Je ne considère juste plus la représentativité par le vote comme le moyen optimal d’y parvenir dans la France, dans le monde, que nous connaissons aujourd’hui.

Je continuerai à discuter avec des élus ou des ministres chaque fois que j’en aurai l’occasion parce qu’ils sont à l’heure actuelle la seule forme législative que nous connaissons. Mais ce n’est pas là ce que je souhaite cautionner par un vote pour le pays que l’on m’a vendu quand j’étais gamin comme celui des droits de l’Homme.

Commentaires

14 Responses to “Je n’ai pas voté…”

  1. LuD-up
    mai 7th, 2012 @ 11 h 30 min

    Pourquoi avoir une telle peur d’influencer les gens ?

    (Attention, j’adore les virgules !) Dans mon cas, vu que je n’avais ni la motivation, ni le temps pour décortiquer les programmes des candidats (qui de toute façon ne me représentent aucunement), j’ai fait comme souvent, je lis de nombreux articles et grâce à ce regroupement d’avis divers je fais le tri selon mes convictions.

    Je ne pense pas que la lecture d’un article précis influence vraiment, surtout un article comme celui-ci qui sort complétement du champ conventionnel droite/gauche. On vient donc à se poser de nouvelles questions, sur les bases même de ces élections, de poser les bonnes questions.

    J’avais quand même deviné de quoi cet article allé parler, et quelques jours avant le premier tour je m’étais penché sur la question de la remise en cause de cette démocratie française. Je n’ai donc pas été voté et la première réaction fût celle de mon père : « T’as pas été voté, t’as pas le droit de critiquer, il n’y a que ceux qui se sont déplacés qui peuvent parler. »

    Légitimité de râler quand on a fait 200m à pied ? \o/

  2. Paul
    mai 7th, 2012 @ 11 h 40 min

    Peur n’est pas le bon mot. J’ai conscience du contexte dans lequel on vit et je ne voulais pas être de ceux qui provident de ce que l’échéance est proche pour faire passer leur message sur un malentendu.
    Maintenant j’ai 5 ans pour le faire, distiller mes idées ici et ailleurs et espérer que les décisions prises en toute connaissance de chose (ce qui leur donne infiniment plus de valeur en passant) permettront aux décideurs de se remettre en question…

  3. Ploum
    mai 7th, 2012 @ 12 h 57 min

    J’ai tendance à dire que celui qui ne vote pas n’exprime pas sa désapprobation mais, au contraire, marque son accord avec tous. (c’est, mathématiquement, également le cas des votes blancs).

    Donc si je suis d’accord sur le fond, j’encourage à voter sauf quand, effectivement, c’est kif-kif.

    Je ne suis pas Français mais, de loin, je pense que effectivement Sarko ou Hollande, ça ne vas pas changer le monde. Après, les sorties de Sarko en fin de campagne et son racolage d’extrême droite m’aurait sans doute poussé à voter. Mais je ne peux pas juger ni critiquer, n’étant pas concerné.

    Je pense que, outre l’engagement politique (je milite au Parti Pirate comme tu l’as fait), il est également possible d’influencer en faisant la promotion de nouveaux outils démocratiques. Je pense, sans aller immédiatement à la démocratie liquide (que je soutiens) à des modes de scrutin alternatif:
    http://www.tnova.fr/note/rendre-les-lections-aux-lecteurs-le-jugement-majoritaire

    Bref, je suis convaincu qu’il est nécessaire d’éduquer et Internet est un merveilleux outil pour cela 🙂

  4. Dod
    mai 7th, 2012 @ 13 h 52 min

    Merci d’avoir fait le ménage dans ma tête, je pense que je suis d’accord (à affiner) en tout cas j’y trouve plus de matière que dans un discours de politicien. D’accord pour revoir la démocratie de fond en comble, même comme ça pour jouer et faire de beaux rêves.

    Perso je ne vote pas car je n’ai pas les outils intellectuels pour faire un choix raisonné.

  5. crutko
    mai 7th, 2012 @ 14 h 23 min

    Venez chez nous, l’UPR vous ouvre les bras

  6. Paul
    mai 7th, 2012 @ 14 h 30 min

    @Ploum : Malheureusement il est vrai qu’en France ne pas voter, voter nul ou voter blanc ne sert pas à grand chose. Dans mon fort intérieur ça fait une différence par contre. Je regarderai ton lien plus tard par contre 😉
    @Dod : de rien mon enfant 😉
    @crutko : l’UPR milite pour la fin de l’Europe, j’aimerai la fin de la notion de pays / nations / frontières – pas exactement le même courant de pensée 😉

  7. Nob
    mai 7th, 2012 @ 14 h 55 min

    Ta décision restera aussi valable pour les législatives?
    Vu que tu as fais (un peu) de pub pour le parti pirate sur twitter hier soir, tu essayera aussi d’envoyer quelques députés au parlement malgré le peu de chance (vu le mode de scrutin), ou tu nous laissera essayer tout seuls avec un soutient que théorique (appeler à voter pour le parti pirate sans aller voter)?

  8. al.jes
    mai 7th, 2012 @ 14 h 58 min

    @Ploum Quand on me propose de participer au choix de la garniture de la tarte qui va être cuisinée et que je dis ne pas vouloir de tarte, alors ça veut dire que je ne veux pas de tarte, pas que je mangerai de la tarte dont la garniture aura été choisi par les autres.

    @LuD-Up En réponse à ton père : c’est ceux qui abdiquent leur souveraineté individuelle en donnant leur voix qui n’ont plus de voix. Pas ceux qui l’on gardé pour eux et s’en serve en rejetant ce système d’alienation quasi religieux (cf. la croyance en plus d’état fort quand l’état pause tant de problème aux individus).

  9. Samuel
    mai 7th, 2012 @ 19 h 12 min

    Je vais prendre une métaphore de geeks :

    Vous me faite penser à des spectateurs de télévision qui seraient déçus des programme télé et qui préféraient éteindre la télévision…

    Hey ! Les gars, je vous rappelle que la démocratie, ce n’est pas que de la télévision, c’est plutôt de l’internet fait avec du logiciel libre. Et dans le logiciel libre, il y a 4 libertés dont la dernière est la liberté d’apporter ses modifications.

    Autrement dit, si vous n’étes pas content de la politique qu’on vous propose, proposez votre politique à vous !

    Vous verrez, c’est une belle leçon d’humilité … et lorsque vos grands idéaux se seront frottés à la réalité, vous verrez problement une différence entre un Hollande à qui on reproche d’accepter des drapeaux étrangers dans ses meetings et un Sarkozy à qui on reproche d’accepter des valises de millions de dictateurs étrangers pour financer sa campagne.

  10. Paul
    mai 8th, 2012 @ 12 h 45 min

    @Nob : s’il y avait un candidat du PP dans la circonscription où je vis je voterai probablement pour lui. Ce n’est pas le cas…
    @Samuel : je pense que tu es tombé sur ce blog par hasard… Lis d’autres billets et tu verras que je suis loin d’être un spectateur 😉

  11. Pascal
    mai 8th, 2012 @ 14 h 00 min

    Vote blanc pour ma part (ie je me suis déplacé au bureau de vote), Sarko est insupportable mais les non-réponses par rapport à l’Hadopi ont été fatales pour le Hollandais.

    C’est la première fois que je ne me prononce pas dans une élection et pourtant j’en ai connu 🙁

  12. Masquetaire
    mai 8th, 2012 @ 16 h 27 min

    @Samuel : parce que vous savez exactement d’où vient le financement de la campagne de Hollande dans le détail ? Ne pas changer la politique qu’on nous propose, dans une monarchie ploutocratique, n’est pas chose aisée, et Hollande a les mêmes valises que Sarkozy, j’en suis certain. Interrogez-vous par exemple sur pourquoi son nom figure sur la liste des young leaders sur le site de la french-american foundation, un organisme financé par entre autre BNP paribas et Areva, surement les boites les plus sociales du pays… au côté de nombreux autres socialistes d’ailleurs comme Moscovisci ou Montebourg (le paragon de la démondialisation, whouaf whouaf). Non vraiment, pas la peine de venir réciter ce que l’éducation civique vous a enseignée à l’école : la seule manière de pouvoir proposer une autre politique, c’est que le peuple reprenne le pouvoir. pas d’élire un nouveau pantin qui fera ce que les marchés lui disent, sans que le peuple n’ait de contrôle ou de sanction sur sa politique.

  13. My name is nobody
    mai 13th, 2012 @ 14 h 43 min

    Hello !
    Je suis surpris de trouver aujourd’hui (certes avec un peu de retard) cet article, et les idées un peu radicales qui le caractérise. Même si c’était il y quelques mois, j’en suis (malheureusement) arrivé a peu près aux memes conclusions. Je souhaitait aujourd’hui supporter l’auteur, lui dire qu’il n’est pas seul, pas isolé !
    Voter (normalement ou blanc) c’est participer au jeu, implicitement accepter tout ce que ca représente. Or nous sommes d’accord, le jeu est faussé, les regles truquées, les joueurs ne sont pas francs et pas tous déclarés, les arbitres ne jugent pas equitablement et la balle change de poid selon le sens du vent… Vous l’aurez compris, si la metaphore n’est pas fameuse, le jeu ne l’est pas plus.
    Personnellement, j’en été arrivé a la conclusion de voter extreme droite (premier ET deuxieme tour le cas echeant) dans le simple et unique but, et j’insiste sur point, de tout casser, tout mettre par terre. Soyons realiste, le FN n’a aucune chance de diriger un pays comme la france avec succes. Les cadres du parti n’ont ni les moyens physiques, ni les moyens intellectuels de le faire. Le Fn au pouvoir, c’est un soulevement populaire dans les six mois. Au final, j’ai choisi de ne pas aller voter non plus car meme si l’idée de voter voter FN pour tout faire effondrer semblait sympathique « sur le papier », ca restait voter FN quand meme, et je n’ai pas pu trouver ce courage.
    Quoiqu’il en soit, je suis content de voir que je ne suis pas le seul a en etre arrivé aux meme conclusions. Je ne veux plus jouer a ce jeu detestable. Je souhaite aussi que tout s’ecroule afin de pouvoir rebatir sur des bases stables et plus adaptées a notre monde moderne. Tu n’est pas seul Paul, loin s’en faut.

    @ Paul : Contrairement a toi, tout le long du processus qui m’a fait tout d’abord penser voter extreme, puis finalement ne pas voter du tout, j’ai expliqué autour de moi pourquoi. Depuis plus de 15 ans que je vote, je n’avais pas loupé une seule occasion d’exprimer mon droit de vote, considertant a titre personnel que le droit de vote n’en est pas un, mais un devoir.
    Dans le meme temps, j’ai toujours combattu a mon petit niveau les extreme en politique, avec quelques petits succes personnels. Comment peut on en arriver a un tel renversement ? Mon entourage s’est vu tres etonné d’une telle reaction (extreme au demeurant) mais avec un peu de patience et d’explications, j’ai fini par leur faire comprendre mon point de vue, et ca s’est plutot bien passé ! Aucun d’entre eux n’a suivi mon exemple mais ca n’etait pas mon but premier. Il faut du temps pour admettre un fait qui remet toutes vos croyances en question…

    @ Samuel : Tu n’as peut etre pas saisi correctement le propos. Le but n’ai pas de critiquer tel ou tel bord politique, en disant que l’un est bien alors que l’autre est naze… Ca c’est ce que j’appelle « jouer le jeu ».
    On te parle deja de ce qui arrivera APRES ca. Je concoi que ce soit difficile a apprehender si tu n’as encore pas ouvert les yeux !
    En tant que citoyen, je me moque que le president soit de droite ou de gauche (ma sensibilité politique personnelle prend des idées de gauche autant que des idées de droite) mais j’apporte de l’attention aux probleme important : la planete qui meurt, les riches qui prennent tout et appauvrissent les pauvres, les guerres qui tuent des vrais personnes pour faire de l’argent virtuel, etc…
    Des idées vagues, des concepts simples mais neanmoins plus importants que la question du voile a l’ecole dans un pays qui a deja legiféré sur la question avec succes il y a plus d’un siecle… Dans cette optique, devenir homme ou femme politique dans ce monde, je peux le comprendre, mais qu’on ne viennent pas dire que c’est pour le peuple. Les politiques de ce monde n’oeuvrent que pour leur petites personnes, et par effet de bord, pour leur famille ou leurs amis proches.
    Je reve encore naivement d’un ideal politique style debut de siecle, emprunt d’honneur, de droiture et de justice. Que veulent dire ces mots aujourd’hui, dans la bouche des politiques. Le seul electeur reel auquels ils s’appliquent a plaire sont les medias… Nous ne voulions juste dire que nous n’acceptons plus ca…

  14. Lolo_planeur
    mai 22nd, 2012 @ 1 h 48 min

    Comme My name is nobody, comme Paul, je n’ai pas voté.

    Ca me rassure de voir que d’autres pensent comme moi.

    Je n’ai pas les scrupules de Paul par contre, même si j’étais content du départ de Sarkozy. Il a fait fort pour se faire détester faut dire.

    En fait, j’ai bien plus agi en dissuadant certains de voter pour lui, qu’en incitant d’autres à voter contre lui.

    J’ai bien plus l’impression de faire de la politique par mes échanges avec d’autres, sur le net (je fréquente quotidiennement un certain nombre de forums où ça cause « politique » depuis plus de 5 ans) ou dans la vraie vie.

    Je justifie mon choix par plusieurs arguments, mais celui-ci en particulier :
    Aristote, Rousseau et Montesquieu affirmaient que l’élection était le choix des meilleurs, donc un processus aristocratique, là où ils voyaient dans le tirage au sort le seul moyen d’obtenir une représentativité réelle, et donc un processus démocratique.

    Bref, abstentionnistes de la monarchie élective, vous avez tout mon soutien.

    Je m’intéresse très fort au Parti Pirate, et à son concept de « démocratie liquide » par internet.

    Si j’avais été un peu plus dispo, et surtout si j’avais eu 4000 euros à claquer en bulletins de vote, j’aurais bien été candidat pour les législatives.
    Mais bon, le scrutin majoritaire à deux tours représente sans doute le pire du pire à mes yeux.

    Pour en revenir au Parti Pirate, ce qui me plait bien c’est l’idée de la démocratie directe par internet.
    Une démocratie « directe » ou « immédiate » n’est pourtant pas nécessairement l’aboutissement de l’évolution des modes d’organisation de nos sociétés humaines.

    En effet, en supposant qu’on parvienne à la faire fonctionner, comment être sur qu’on n’obtient pas des décisions qui sont plus de l’ordre du « caprice passager », qui trouveraient un sens dans une logique à moyen ou à long terme ?

    Ne faudrait-il pas mixer « démocratie directe » et « assemblées tirées au sort » au sein de la « démocratie liquide » ?

    Je sais pas, je lance l’idée comme ça …
    Allez A+ certainement.

Leave a Reply





Edito

Ancien journaliste, ancien entrepreneur, ancien (ir)responsable Pirate, actuel citoyen qui s'intéresse à la politique et à son évolution.

Read moar !.

Retrouvez moi sur :

Suivez moi sur twitter sur facebook sur wikipedia Ajouter ce blog a votre lecteur RSS

Bitcoin

bitcoin logo Paul da Silva Bitcoin
1AyR34kffA5tMGBKgHDsmhSQUFVvMmx38C

Piratons la démocratie

piratons la democratie

One more thing !

0100 0011 0110 1000 0110 0001 0110 1110 0110 0111 0110 0101 0111 0010 0010 0000 0110 1100 0110 0101 0010 0000 0110 1101 0110 1111 0110 1110 0110 0100 0110 0101 0010 0000 0110 0101 0110 1110 0010 0000 0111 0011 0010 0111 0110 0001 0110 1101 0111 0101 0111 0011 0110 0001 0110 1110 0111 0100 0010 0000 0010 1101 0010 0000 0110 1111 0110 1110 0010 0000 0111 0110 0110 0001 0010 0000 0110 0010 0110 1111 0110 1001 0111 0010 0110 0101 0010 0000 0111 0101 0110 1110 0010 0000 0110 0011 0110 1111 0111 0101 0111 0000 0010 0000 0011 1111

Tm9uIGNlbGVsIGzgIGVzdCBqdXN0ZSBwb3VyIHRlIGZhaXJlIHBlcmRyZSA1bW4gOyk=

Relationship Closeness Inventory

Promo code Genesis Mining

Sha 256 cloud mining

Gift wrapping

Gift bag

Casablancas Film