La psychose de la fin de l’internet illimité

Vendredi dernier (19 août) Owni sortait un article sobrement intitulé « la fin de l’internet illimité » présentant l’entente en cours de nos chers amis de chez France Telecom (Orange), Bouygues et SFR sur une nouvelle segmentation des offres grand public qui pourraient introduire des paliers maximums de consommation en débit (vitesse) et en données (quantité).

Je n’ai rien à reprocher à l’article en lui-même (à ceci près que le dernier paragraphe qui est la clef de tout aurait du être un peu plus mis en avance à mon goût) et c’est même plutôt intéressant de glisser un oeil dans la serrure pour regarder comment les FAI se préparent ensemble (euh on a pas une loi contre ce type de pratiques en France ?) à la mettre profond au consommateur.

Ce que je déplore par contre ce sont les réactions à cet article alors que tout ce qui y est abordé est déjà en place et que bien pire se prépare depuis des années déjà…

On a vu récemment l’exemple de Orange qui se tire joyeusement la bourre avec Megaupload, Youtube eux aussi pourris par Free, SFR et Orange ou encore Dailymotion par Neuf

Bref la guerre des tuyaux a bien commencé depuis des années et le consommateur en souffre déjà, certes de façon moins visible et plus technique, par du bridage, du contrôle de débit sur ce que vous pouvez vouloir consommer et bientôt même sur du filtrage (thanks Hadopi).

Alors que là on parle de nouvelles offres, qui ne pourront venir qu’en complément des précédentes et à un tarif inférieur sous peine de voir une majorité des clients se sauver (cf. l’exemple sur la répercution e la TVA sur le mobile). Bref l’apparition de l’Internet par services gérés sur le fixe – ce qui de toute façon est au programme avec nos chères télé-connectées par exemple et restera dans tous les cas un choix du consommateur final.

La clef de l’article, le dernier paragraphe donc, est bien que Free n’est pas consulté par les autres opérateurs dans leurs petites magouilles. Il s’agit donc de proposer une offre qui puisse entrer en concurrence avec la (/les bientôt ?) offre de Free et pas torpiller d’un coup les 3 opérateurs qui ont déjà du mal à vendre leurs box à des clients qui associent de plus en plus free à un monsieur bizarre, mais qui a « tout compris ». Preuve en est que ce type de réunions pour accord sur les offres et tarifs (encore une fois, réunion tout ce qu’il y a de plus illégal) se tient en l’absence du casseur de prix.

Soit dit en passant, la solution à cette surcharge du réseau qui pousse les opérateurs vers ce type de mesures – ou d’autres encore pires – est une meilleure répartition de ladite charge. Et je connais justement une technologie, en plein développement, qui réparti beaucoup mieux la charge que ce que l’on connait actuellement sur le réseau… Dommage que je connaisse aussi une Haute Autorité qui a pour seul but de l’interdire et de la diaboliser…

8 réflexions sur « La psychose de la fin de l’internet illimité »

  1. Mitsukarenai

    Ma modeste contribution:

    Si je ne suis, par principe, pas opposé à une offre facturée au volume (« vous avez consommé 143 Mo pour le mois de juillet, il vous en coutera 1 euro 14 madame Michu »), je suis par contre strictement opposé à la limitation du volume (coupure ou réduction de débit au dépassement du plafond).

    Malheureusement je crains que « leur » céder quoi que ce soit n’améliorerait pas pour autant nos chances de voir l’accès à l’internet avec neutralité garantie.

    Ici on parle bien d’Orange/SFR/Bouygues, de bons copains qui ne se marchent pas sur les pieds pour le mobile.

  2. logicos

    Le problème fondamental, est l’inexistence de la libre concurrence: c’est un mensonge sur lequel repose tout notre système économique.
    Il n’y a pas concurrence , il n’y a que des ententes entre requins pour ce partager les poissons.

    Nous avons démocratiquement choisit que l’Etat abandonne le secteur public au profit du secteur privé. Nous n’avons pas a nous plaindre que le secteur privé en profite pour nous faire payer plus …

  3. Gordontesos

    Et quid de l’hypothèse qu’évoque le tableau, qui est de différencier les flux ? C’est pas LA grande crainte de massacre de la net neutrality qu’on redoute depuis tant de temps ?

  4. Jérémy Jeey

    J’ai surtout peur d’une chose, c’est que soit en train de se développer une technique politicienne bien connue : le « on annonce pire pour faire visiblement moins pire »:
    Proposer une segmentation de l’offre avec des forfaits moins cher et des services limités. C’est porteur. Les gens sont prêts à faire des économies, avec la crise, la chute des bourses, la sécheresse, la fin du monde etc… Or, le bad-buzz actuel montre bien que l’on ne peut toucher aux débits ou imposer des quotas (qui seraient trop visibles et négatifs sur la brochure publicitaire).
    Alors, pourquoi ne pas proposer des forfaits allégés en protocoles ? Payez moins cher et faites une croix sur le bittorent, les newsgroups, la ToIP etc… inutilisés par Mr et Mme Machin.

    Et pour ce faire, il faudra bien mettre en oeuvre le DPI sur l’intégralité des réseaux.

    le #DPI nous sera imposé par notre porte-monnaie plutôt que par nos peurs.

    Le pouvoir d’achat sert le pouvoir.

  5. Ping : L’été, Kittywood Studios, La fin de l’Internet illimité | Divertissement | AdrienPepin

  6. nEMA

    Article intéressant (bah comme d’hab quoi ^^) car il est bon de rappeler que la neutralité du net est en péril depuis quelques temps déjà. Toutefois, je pense qu’une tournure dans cet article est maladroite. En effet, ce n’est pas que ces trois FAI ont fait des magouilles dans le dos de free, c’est juste qu’ils en ont causé au sein de la FFT (fédération française des télécom) que Free a quitté en 2008 pour des divergences sur des sujets de fond. De la même manière Numericable n’en fait plus partie depuis peu.

  7. Kyoku57

    Oui, enfin la FFT est une façon déguisée de mettre en relation les trois grands opérateurs afin qu’ils s’arrangent ensemble. Après, pour la saturation réseau et le blabla technique, Benjamin Bayart a fait une très bonne analyse du « surcoût » possible (1 € envirton par abonné ??) et donc, rien ne justifie qu’on mette en place des filtrages massifs sur le réseau fixe … sauf si d’un point de vue légal cela devient une obligation. Là, vu que le filtrage sera obligatoire, autant essayer d’en tirer un bénéfice dès le départ en essayant de faire passer des offres « pas vraiment illimité », « illimité mais pas trop » et « illimité mais seulement les soirs et WE de pâques ».

Les commentaires sont fermés.