Gravatar couramment utilisé Blog perso de Paul Da Silva

Le CD va mourir (et c’est tant mieux)

Posted on | mars 22, 2011 | 15 Comments

Vous le savez si vous me lisez régulièrement : j’aime la musique, je suis capable d’écouter de la classique au matin, du jazz à midi et du cyberpunk pour m’endormir. Je m’ouvre chaque jour un peu plus à de nouveaux styles, mon frère me fait découvrir le rap, j’ai une passion jamais satisfaite pour le métal, … Et je n’aime pas les CD !

Le CD est un objet de plastique, sans aucune charge affective. Ces dernières décennies ont été le théâtre de changements de supports perpétuels : du vinyle à la cassette en passant par les mini-disc pour arriver finalement au CD… J’ai connu, malgré mon âge, tous ces supports, aussi éphémères que chers (exception faite du vinyle qui porte une certaine charge affective intemporelle chez certains, dont moi).

Je suis aussi passionné de lecture (je dirai bien littérature mais certains ouvrages que je lis en sont loin) et pourtant je n’envisage pas une seconde d’abandonner le livre physique, le papier… Alors qu’en bon geek tout ce que j’écris, même mes prises de notes, est sur informatique…

Pourquoi ?

Parce que le livre a une histoire, des moines copistes à l’imprimerie, qui ne prend pas ses racines il y a à peine 100 ans. Parce que le livre a toujours été sur le même support depuis tout ce temps et que tenir dans ses mains un livre veut dire beaucoup plus que de tenir une galette de plastique dont on doit en plus se séparer pour l’apprécier.

Parce que le livre est cher, mais il coûte aussi relativement cher à produire là où le CD est aux mêmes prix pour un coût de fabrication bien nettement inférieur… Parce qu’avec un livre les éditeurs nous prennent pour des cons… mais pas trop…

Alors oui c’est triste, si l’industrie musicale (quel terme abject pour quelque chose initialement artistique) ne se renouvèle pas, ne pourra plus vendre de musique enregistrée dans quelques années. Pas parce que les gens préfèreront le gratuit, mais parce que les gens ont tendance à se rendre compte, au bout d’un moment, quand ils se font enculer…

Mais si la musique enregistrée [payante] n’était qu’une phase, si les soit-disant artistes (quand on pinaille sur les mauvaise ventes de son œuvre alors qu’elle trouve un public autrement on n’est plus un artiste mais une machine à produire du copyright) avaient eu la chance que n’auront pas leur successeurs et que n’avaient pas leur prédécesseurs de vendre plusieurs dizaines (centaines) de milliers de fois la même œuvre et d’en tirer du bénéfice ? Serait-ce grave pour autant ?

La musique aura toujours de la valeur, qu’elle se transcrive en monétaire ou pas dépendra de la stratégie en ce sens des groupes, l’enregistrement quand à lui n’en a jamais eu. Il a eu un coût, et l’on voit où cela nous mène…

Le CD est un format obsolète par sa mise en place, obsolescence due aux stratégies commerciales des maisons de disques, qui n’a pas encore trouvé de successeur (vendre du MP3 est juste une aberration) et qui n’en trouvera probablement pas.

Pourquoi continuer à faire peser les libertés individuelles des citoyens (Hadopi si tu me lis) pour protéger ceux qui se définissent eux-même comme une « industrie », qui n’ont pas su s’adapter à leur marché et qui finalement ne représentent qu’une toute petite partie de la culture, la vraie !

Pourquoi pleurer sur le sort de personnes qui sont responsables de leurs propres échecs et qui ne sont pas le moins du monde nécessaires à la création en elle-même ? Quel est le risque de voir des « industries » disparaitre à part de les voir remplacées par quelque chose qui sera plus au goût du jour ?

PS : Dans 2 jours je suis invité par Universal à l’avant première d’un reportage sur le piratage… Je me suis dit que ça valait bien un billet d’humeur 🙂

Commentaires

15 Responses to “Le CD va mourir (et c’est tant mieux)”

  1. Gordontesos
    mars 22nd, 2011 @ 15 h 30 min

    Rien à ajouter, ça résume juste parfaitement ce que je pense de la situation.

  2. Tengu
    mars 22nd, 2011 @ 15 h 59 min

    Pour ma part, j’ai eu acheté des CDs. Pas mal en fait. Mais toujours des éditions spéciales, avec des « plus » certains par rapport à la version de base disponible dans les bacs.

    Maintenant par contre, les cd prennent la poussière, ils sont rippés en FLAC sur un serveur local et passent dans l’appartement.
    A côté de cela, pour les nouveautés, y a Jamendo, Lastfm, Deezer et les autres.
    Un artiste de Jamendo a d’ailleurs réussi à me faire acheter TOUS ses CDs. Covers très jolies, et prix d’ami (port offert en plus)….

    Les Majors veulent continuer de s’enfoncer dans leur bêtise crasse, qu’ils le fassent. Mais là où le bâts blesse, c’est de voir qu’ils arrivent à pousser des gouvernements à promulguer des lois complètement stupides. Et ils arrivent à faire pression sur la justice elle-même contre certains moteurs de recherche juste parce que ces derniers font leur job…

    Bref.

    Ah, et en passant: j’aime aussi beaucoup les livres en format électronique. C’est un peu plus pratique, selon la taille des livres 😉

  3. Daniel
    mars 22nd, 2011 @ 16 h 10 min

    1970: vynil
    1980: casette
    1990: cd
    2000: mp3
    2010: ?

  4. tth
    mars 22nd, 2011 @ 16 h 33 min

    J’espère bien que le CD ne va pas disparaitre pour certains : il m’arrive d’aller à des concerts (souvent gratuits) de petits groupes dans des caves de bars.

    Une bonne partie de ces groupes proposent *leur* disque à la vente, un CD qu’ils ont fait eux-mêmes, de la partition à l’emballage : http://foo.buvette.org/private/ex-best-friends.jpg en passant par les milles galères intermédiaires.

    Un soir après le concert, j’ai longuement discuté avec une jeune fille, bassiste de rock, qui m’a dit que la vente de ces disques se portait pas trop mal, qu’ils arrivaient même à en retirer un peu de monnaie, mais que ce qui comptait le plus, pour elle, c’est le message porté par cet achat : « j’ai tellement aimé votre musique, que je vais la faire rentrer dans mon univers personnel ». Aucun fichier ne pourra jamais avoir cette valeur affective.

  5. Yann
    mars 22nd, 2011 @ 18 h 50 min

    En guise de disclaimer à ce commentaire, je signale que je travaille pour un label. Une qui se considère ouverte et qui tente de nouveaux modèles, mais un label qui continue à vendre des CD.

    Personnellement, j’achète encore beaucoup de CD. Je les achète moins cher que les MP3, je les achète chez des petits vendeurs, j’achète des CD peu connus, mais j’achète des CD. Je les loue aussi. Je ne télécharge jamais (ou presque) de MP3, que ce soit « légalement » ou « illégalement ». Je serais triste que le CD disparaisse.

    Je ne vois pas, par contre, ce que vous proposez aux artistes. De ne plus gagner d’argent? Pour travailler avec de nombreux artistes qui ne gagnent pas d’argent, je peux vous dire combien c’est pesant et rend le travail artistique lourd et impossible à assumer sur le long terme.

    Je ne pleure pas certainement pas sur la perte de revenu de l’industrie du disque mais sur celle des artistes. Et ce sont les plus petits qui en pâtissent et en pâtiront le plus, pas les plus gros, malheureusement…

  6. antanof
    mars 23rd, 2011 @ 2 h 08 min

    @Paul,
    merci pour le partage de cette réflexion !

    PS :j’espère que tu n’écoute pas du bon jazz sur tes enceintes d’ordi 🙁

    PSS : on est rejoint par un gus de Telecomix sur l’histoire dont je t’avais parlé… un peu étonnant j’avoue, j’me dis qu’il doit avoir du temps à tuer…

    —–BEGIN PGP PUBLIC KEY BLOCK—–
    Version: GnuPG v1.4.7 (MingW32)

    mQGhBE2DjmkRBACoU0Ix477vs4ruvROEQNEydOaBrZaw66uLr1ooexIqDZybt+/1
    qx0bXnCQ5C9FzMHpEoLgyCqK5P1BhvhPmM2KRsiysHLtpxoestVCvL4RQ9NyJKsT
    gnw9Xidu0hZo8gSNl29zkdoYn5jiYF0I2waa1B10uPSiuAuhhi2bzuywOwCghxk2
    7FsVEfkrHDR0j0qFyZlg8fUD93XilXHnf4tl9EylM8TKXltiRpLoc0B7YNUBSecZ
    0/7d3sLAtHsV0UcTNqWteyZHxJjOneJVtu8r449gldFQZBIewRniKcc2cDnwd4Ty
    grXReAEEwRfYvwzSBUYpU5ha7Nz7JkoshbJfF4PffyMSm6m5uyJr8NjKdMkTD+X5
    +yMD/jmVdso6blvIqkQ96OvOiek5u/d02bqUTSOBHYkvw1KD8BPVlQr4UK5F9FRI
    YqWK1vhXyxylTMLejasx7YAgkfeQylJixB4Tbfeh1ejUl+HZOyTywGiI2OveAorO
    Tivu8iuzCseB0B0ZmDjdGYrnWriwNwFXr95aminaZK7Q3PhhtDpwcm9kdWN0aW9u
    IChjbMOpIHByb2R1Y3Rpb24pIDxwcm9kdWN0aW9uQGNvcmRlc2V0YW1lcy5jb20+
    iGAEExECACAFAk2DjmkCGyMGCwkIBwMCBBUCCAMEFgIDAQIeAQIXgAAKCRAwERPE
    FwSeAITxAJ9hkhjZJQtk9k+Itbmu+68wQzkjwwCcDrAL5XVFyLU5FTmnswpc8+Ym
    jou5Ag0ETYOOaRAIAOeckgkBPtKOSFSYYBdNAQE8TLwcKyMgm8sTt3WnzXWMRtJs
    9uvnWKxw8Hkg4E+yxxt/K5VwuQYOVoSIYIeGkurCi9W3KCN3smnIlP7XNKA5AS0r
    cqmhV2Ie6hNOa0a0kUQFshcc8OvRphmFaLkqjaHSVxafRu34IjP6BQSB7YfB/42m
    mPKxjhovl5dQ3QnEFqICUT8lfMswes3WsZBrac1OhxP0oGqiPwmAmeaHjQzuJf6t
    tDGJp8LrsXGUGk4knjF87fTDjHHK4z4PngqTnmMsJxI7WWvRq+A25wgkBwhTuP9y
    UmmeFFRJwt0I83h01lmtZ8a3Z5aXKiT1eSTjZ08AAwcH/2pxXzIijAEXRWzeQcc+
    Alce/3xmX2uiMTNUEhDI1s8pvST09g0ZmtzvVB8w3eL1o2Y7qymuPuvDVl4RstiX
    dtToiiTect9MePfBPhd7IKdcxTcVn5DaL7+rSK1+sFm7gJjTcCHRvcNqMwPHolch
    Tnpj8Wy4U9DqBXHifvjf0K0VS198CnngPaK0SKEazTDB4nLFIX01LUCBA2fBQB+k
    W2YliTLRRhMDv2IxIKQqfDlKlNRQNB78cZde9daeYPxJVAy2jpV2KyHtZc3RUoH/
    9wO0R4Eb2iA6a25US5PFv/MHzhaljyS5+1uw/8li6hbJtFWRHF2nBxLqytPK9bp9
    HeeISQQYEQIACQUCTYOOaQIbDAAKCRAwERPEFwSeALpgAJ40h+s4iZ7JVzeUuORe
    HpdyBwQz/gCfYsj6fZG1aukCjYv8AEWSIazD8EY=
    =pih7
    —–END PGP PUBLIC KEY BLOCK—–

  7. Fred H
    mars 23rd, 2011 @ 10 h 02 min

    Comme souvent sur ce blog, le discours est intéressant, et honnête, franc, constant et pas faux-cul. mais j’ai de la peine à aller jusqu’à attendre la disparition du CD. Oui, malgré toute ma participation aux nouvelles technologies et ma geekitude, je reste attaché à l’objet. J’aime prendre la pochette du CD, en particulier de jolies pochettes, des trucs élaborés au-delà du simple jewel case à deux balles, comme un beau digipack. Ouvrir le livret et le feuilleter (dès mon trajet en métro sur le retour de chez mon disquaire). J’aime pouvoir le toucher. Même si après il prend la poussière parce que tout est dématérialisé et mis en réseau pour diffusion via mon media center. Mais reste que j’aime ma collec de CDs. Et puis je fais comment avec mes mp3 quand un pote vient à la maison et me fais « ah tu as ce disque, tu me le prêtes? », je lui demandes de repasser avec un support de stockage et on se colle devant le PC pour faire le transfert? (et encore faut-il avoir acquis l’album sur un site sans DRM bien entendu). Et puis y’a aussi, comme dit plus haut, ces groupes vendant leurs CDs homemade à leurs concerts. Et d’autres encore. Rien de tel que la visite chez mon disquaire qui me fait découvrir des nouveautés dont je n’ai jamais entendu parler mais qui me parlent 90% du temps.
    Bref, pas convaincu par une mort du CD…

  8. Francois
    mars 23rd, 2011 @ 10 h 08 min

    Avant d’être clairement informé par la Hadopi que je n’étais qu’une vache à lait, je téléchargeais beaucoup, et ce qui me plaisais, je l’achetais en CD.

    Parce que le MP3 a son avantage, la disponibilité, mais la qualité c’est pas ça, surtout avec les cartes sons de nos ordinateurs grands publics.

    J’aimais beaucoup re découvrir la musique sur une installation avec une platine, le son y était bcp plus riche.

    Bien qu’aujourd’hui, j’ai décidé de ne plus donner 1 centime pour la culture, je trouve dommage de lire ça.

    Le CD a des avantages, assez sélectifs c’est vrai, mais qui ont une grande importance.

    On est loin du vinyle c’est vrai, mais c’est un très bon compromis je trouve.

  9. Paul
    mars 23rd, 2011 @ 10 h 35 min

    @tous : Quand je dis CD je parle bien entendu des trucs qui se vendent (/vendaient) par fournées à la FNAC sans aucune valeur ajoutée par rapport à un FLAC Lossless…

    @Yann : Les artistes continueront à gagner de l’argent, pas par la vente de CD mais par la représentation physique, les lives, ce qui était le cas avant et n’a aucune raison de disparaitre : payer pour un live est normal et cela apporte une réelle valeur ajoutée par rapport aux titres enregistrés (exception faite des quelques superstars qui se permettent de faire un strict minimum avant de quitter la scène sans faire de rappel – vécu, je ne retournerai plus voir cet artiste).
    En dehors de cela ce que je suggère, non pas aux artistes, mais aux maisons de disque c’est de se bouger le cul et de trouver un moyen d’apporter une valeur ajoutée au CD si elles ne veulent pas le voir mourir… Ce n’est pas à moi de leur amener cette solution sur un plateau d’argent, c’est leurs échecs c’est à eux de les assumer et d’essayer de les corriger…
    Le fait est qu’il y a de plus en plus d’artistes et que le budget des familles pour la culture lui ne va pas augmenter proportionnellement… « Que le meilleur gagne ».
    Sinon j’ai parlé plusieurs fois ici et ailleurs de la licence globale qui est un premier pas vers un revenu intéressant pour les artistes pour peu qu’ils arrivent à se débarrasser du joug des majors…

    @antanof : J’ai du bon matos pour le son et la plupart de ce que j’écoute passe au casque que je change régulièrement grâce à la garantie FNAC 🙂 Tu as un mail BTW rapport à ton projet 😉

  10. Yann
    mars 23rd, 2011 @ 11 h 17 min

    @Paul : le live, cela rapporte uniquement aux gros artistes, c’est à dire ceux qui continueront à vendre de la musique sur des supports, c’est à dire ceux que les majors continueront à soutenir à coups d’investissements marketing. Les petits, ils jouent gratuitement dans des petites salles et comptent sur les quelques CD qu’ils vendront à la fin du concert.

    La mort du CD, ce n’est ni la mort des majors, ni la morts des superstar, c’est la mort de l’artiste autoproduit et des petits labels.

    Moi, ce que j’attends, c’est la mort du MP3, qui lui n’apporte aucune valeur ajoutée. Au final, tout est une question de prix. Le MP3 devrait être gratuit et le CD couter 6 ou 7€.

    Si tu n’amènes pas de solution, les majors amènent les leurs: Hadopi, les DRM et une limitation de la prise de risque au maximum. Je n’ai pas l’impression que c’est ce vers quoi tu tends.

    La license globale est une idée, sauf que je trouverais ça choquant qu’on oblige les gens à cotiser pour faire de la musique un « bien public », alors qu’on arrive même pas à donner un logement à tous. De toute façon, la license globale ne ferait que renforcer la puissances des outils de sélection musicale (médias en général) et la concentration des revenus des artistes chez une minorité.

  11. Paul
    mars 23rd, 2011 @ 11 h 41 min

    Non le live ne rapporte pas qu’aux gros artistes. J’en connais quelques uns qui en jouant dans des salles type trabendo et sans jamais être passés sur NRJ gagnent plus en live qu’en CDs. Et oui ils vendent des CDs sur place, à ceux qui ont découvert leur musique comment ? En la partageant sur le Net.

    Si les solutions des majors sont la Hadopi et les DRM alors on est plus ou moins tranquilles rapport à leur subsistance… L’utilisateur n’acceptera pas très longtemps d’être fliqué et pénalisé et passera à des artistes plus respectueux de leurs publics (les artistes suivront aussi d’ailleurs, ils ne sont rien sans un public).

    Le logement est bien plus important que la musique oui, mais il est un problème bien plus compliqué à résoudre aussi… La culture dans son ensemble permet accessoirement d’ouvrir les gens et, à terme d’élever l’implication citoyenne dans les débats qui les concernent. Il faut commencer dès maintenant à faire de l’accès à la culture, au sens large, un droit fondamental… Que les maisons de disque en pâtissent ne m’empêchera jamais de dormir compte tenu des enjeux démocratiques. Pour les artistes qui vivaient de la vente de CDs et qui en pâtiraient aussi c’est qu’ils sont dans un business et qu’ils n’ont pas réussi à s’adapter à la demande…

  12. Napalm59
    mars 24th, 2011 @ 12 h 15 min

    Je suis assez d’accord avec la majorité de l’article, le CD va disparaître, que ce soit à cause des Majors qui pompent les artistes et le public ou de par l’évolution des supports. J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer les problèmes engendrés par un business model comme celui adopté par l’industrie musicale actuelle avec des hommes d’affaires et ils ne comprennent pas.
    La réaction était : « Comment peut-on penser que le partage en ligne est une bonne chose lorsque l’on travaille dans le web comme vous qui ne créez que de la valeur virtuelle? »
    Le fait est qu’il y a une énorme différence de perception de la valeur de la culture entre les générations, mais bon, on est pas prêts de couper Internet et de stopper notre évolution technologique. Par conséquent, une évolution des supports et des mentalités me paraissent inévitables.

  13. antanof
    mars 24th, 2011 @ 18 h 28 min

    @Napalm59
    je suis d’accord avec toi !
    Il faudrait faire pression pour créer une Taxe des FAI pour les Contenus Culturels à Forte Valeur Ajoutée afin d’encourager la création artistique.
    Pour moi c’est le seul moyen pour que les artistes puissent vivre décemment en mettant du contenu sur le Net… Si le produit est rémunéré à la base de l’upload, sa circulation devient complètement libre (par P2P notamment) et ont fait disparaître ce truc débile, ce goufre financier qui est l’offre légale et labellisée que propose le gouvernement français avec Hadopi.
    http://annatof.baywords.com/2011/03/24/taxe-des-fai-pour-la-creation/

    Je vous encourage à venir mettre vos opinions sur l’un des forums des anonymous sur ce sujet :
    http://forums.whyweprotest.net/threads/journ%C3%A9e-sans-musique-sur-internet.78312/

    A plus !

  14. Leonidas
    mars 25th, 2011 @ 16 h 13 min

    Salut,

    Je suis entièrement d’accord avec ta critique, notamment à propos du mot « industrie », révélateur de ce qu’est devenu le monde de la musique aujourd’hui.

    Cependant je suis perplexe quant à la disparition du disque. En effet un support physique est nécessaire, et je pense que le disque est aujourd’hui le support le plus rentable et le plus pratique. Il n’a certes pas l’intérêt d’un vinyle (le plaisir de mettre un vinyle sur une platine par exemple), mais il n’est pas non plus un simple bout de plastique. Je me rappelle d’un CD, introuvable sur le net, introuvable dans les boutiques sur Paris, je l’ai finalement trouvé chez un disquaire à Londres, et même si l’album n’était pas exceptionnel, ma petite aventure lui donne une valeur sentimentale, proche de celle qu’on peut avoir pour un vinyle.

    Ce qui entoure le CD en revanche, manque cruellement d’intérêt, et fait que l’achat ne nous attire pas. La pochette, le boitier, tout ce qui contient le CD pourrait être source de fantaisies de la part de l’artiste, mais dans la plupart des cas il n’en est rien. Certains cependant sont vraiment magnifiques, et justifient leur prix (je pense par exemple à l’album « Naphtaline » de Ez3kiel, donc la pochette est magnifique). En effet on achète un album pour la musique et non pour le contenant, mais ce sont des petits plus qui motivent.

    Maintenant, je trouve que le support CD est mauvais, mais cela est peut-être du à mon côté maniaque. Je redoute les rayures, donc j’ai tendance à peu prêter mes albums. Et je ne compte pas les boitiers plastiques cassés parce que je l’ai ai mis dans mon sac. Et au bout d’un moment, ça prend de la place ! Et c’est loin d’être aussi joli qu’une collection de vinyles.

    Concernant la musique, le téléchargement illégal et le public:
    Je pense que le téléchargement illégal par le quidam moyen peut s’expliquer par deux choses:

    – La multiplication des artistes. On est face au problème de surconsommation, à cause d’une mise en avant de trop d’artistes, formatés pour faire vendre. Et contrairement aux biens physiques, il existe l’alternative du téléchargement illégale. Et bien sûr, plutôt que de remettre en cause ce modèle non adapté, l’industrie demande la répression de ce téléchargement illégale. Et ce ne sont pas les sites de ventes de mp3 qui sont preuves d’une ouverture de leur part.

    – L’éducation des gens sur la qualité du son. On le remarque avec l’augmentation des écouteurs blancs de la marque à la pomme, la qualité du son est de moins en moins la préoccupation des gens. C’est d’ailleurs pour ça que les sites de ventes de mp3 ne sont pas une vraie solution: tout le monde ne se contente pas de bas bitrates. Il y a des personnes qui apprécient le son, et qui dépensent en conséquences dans du matériel adapté. Et il faudrait justement éduquer les gens à ça. Non pas les forcer à acheter du matos super cher avec des écouteurs dernier cris, mais au moins leur enlever l’idée que les écouteurs à 10 euros c’est de super qualité, puisque c’est apple. Je pense qu’à partir de ça, la musique redeviendrait un plaisir d’écoute et non pas un impératif pour être à la mode.

    Et l’artiste dans tout ça ?
    Il y en a qui rêvent de faire comme les grands noms qu’on a connu (les Beatles, Johny Hallyday, etc) à savoir: devenir une super star et gagner des millions à chaque album sorti. Or depuis cette époque, la pratique de la musique s’est démocratisée, tout le monde peut se dire artiste. De plus, les stars formatées que nous sortent les boites de production confortent certains dans cet esprit là. Il faudrait se débarrasser de cette façon de penser, et rappeler que l’artiste ne doit son succès qu’à son public, et que ce public c’est à lui de le séduire. Un artiste ne devrait plus espérer devenir une super star autrement que par son talent (sauf s’il arrive à se démarquer des autres, mais dans ce cas là il sera vite singé). S’il arrive à gagner sa vie de sa passion, tant mieux, sinon tant pis. C’est d’ailleurs pour ça que je ne comprends pas l’histoire de la Taxe des FAI: comment déterminer quel artiste doit justifier une taxe, alors que des centaines de personnes postent leurs performances sur youtube ?

    Il faut donc éduquer les deux membres de l’échange musical: l’artiste et le public. Et faire disparaitre les maisons de disque, mais pas au profit d’une nouvelle plateforme; celle-ci existe déjà depuis longtemps, c’est Internet.

    A noter que je ne suis qu’un simple « consommateur », j’aime la musique, je l’ai pratiquée, mais je n’ai jamais été en contact avec le milieu « professionnel », donc mes propos sont peut-être remplis d’erreurs de compréhension du système. Mais c’est ma vision de celui-ci. 🙂

  15. Le petit Marocain
    décembre 5th, 2011 @ 19 h 23 min

    « Parce que le livre a toujours été sur le même support depuis tout ce temps et que tenir dans ses mains un livre veut dire beaucoup plus que de tenir une galette de plastique dont on doit en plus se séparer pour l’apprécier. »

    A vrai dire des phrases comme celle si, j’en ai jamais vue. Bravo.

Leave a Reply





Edito

Ancien journaliste, ancien entrepreneur, ancien (ir)responsable Pirate, actuel citoyen qui s'intéresse à la politique et à son évolution.

Read moar !.

Retrouvez moi sur :

Suivez moi sur twitter sur facebook sur wikipedia Ajouter ce blog a votre lecteur RSS

Bitcoin

bitcoin logo
1GZnMQ9wXyifxCnDEqg8CSGdngWcKWptHv

Piratons la démocratie

piratons la democratie

One more thing !

0100 0011 0110 1000 0110 0001 0110 1110 0110 0111 0110 0101 0111 0010 0010 0000 0110 1100 0110 0101 0010 0000 0110 1101 0110 1111 0110 1110 0110 0100 0110 0101 0010 0000 0110 0101 0110 1110 0010 0000 0111 0011 0010 0111 0110 0001 0110 1101 0111 0101 0111 0011 0110 0001 0110 1110 0111 0100 0010 0000 0010 1101 0010 0000 0110 1111 0110 1110 0010 0000 0111 0110 0110 0001 0010 0000 0110 0010 0110 1111 0110 1001 0111 0010 0110 0101 0010 0000 0111 0101 0110 1110 0010 0000 0110 0011 0110 1111 0111 0101 0111 0000 0010 0000 0011 1111

Tm9uIGNlbGVsIGzgIGVzdCBqdXN0ZSBwb3VyIHRlIGZhaXJlIHBlcmRyZSA1bW4gOyk=

Relationship Closeness Inventory

Promo code Genesis Mining

Sha 256 cloud mining

Best Bitcoin debit card

Zcash Mining