Les internautes, Universal 2.0

J’ai eu la chance et le plaisir de lire il y a peu le livre de Pascal Nègre, président d’Universal (critique à venir dans les jours prochains sur Read Write Web) et j’aimerai rebondir sur un point en particulier et en détails ici avec une proposition technique.

Actuellement ce qui bloque réellement les musiques libres, la culture libre en général, c’est le difficile accès aux radios (ou autres médias) qui sont littéralement trustées par les majors… Alors sur la question de savoir à quoi cela est du, j’ai bien mon idée (et non c’est pas pour les beaux yeux des producteurs) mais à la limite on s’en fout !

Ce qui manque aujourd’hui c’est une passerelle entre le public et les artistes… A moins que !

L’idéal de la culture est une culture dans laquelle chacun de nous se retrouve, non pas qu’elle est uniformisée façon majors, mais qu’elle est suffisamment vaste pour que si vous avez une préférence pour le hardstyle en do majeur et en provenance du sud de la Pologne vous ayez quand même du choix !

Alors qui de mieux pour décider de ce qui plait au public que le public lui même ? N’envoyez pas le nom de votre candidat préféré au numéro surtaxé qui défile en bas de l’écran de votre boite à temps de cerveau disponible, gardez les tous !

Combinez cela avec un réseau social intéressant pour les « simples auditeurs » devenus « simples présidents de leur propre label » et vous avez tout ce que l’Internet a a offrir de meilleur. Quand on voit le nombre d’utilisateurs de Facebook, Twitter, 4square, … les possibilités sont infinies !

Comme je pourrai écrire dessus pendant des heures, et que si j’avais des heures je préférerai les consacrer à ce type de projet je vais finir cet article par une liste d’idées, bonnes ou mauvaises mais qui me paraissent intéressantes à développer ensemble pour former un réseau social musical qui mette réellement en avant la musique !

  • un moteur de recherche ultra-précis et performant
  • des suggestions en fonction de vos goûts et de ceux de vos amis
  • un système de popularité en fonction des goûts de chacun pour trouver ce qui plait aux gens qui ont les mêmes gouts que vous
  • de l’incentive à la découverte avec des récompenses pour les meilleurs découvreurs
  • une rémunération directe du public à l’artiste, typiquement via Flattr
  • une interconnexion avec les réseaux sociaux existants pour partager toujours plus
  • une interconnexion avec les plateformes de musique en ligne existantes pour avoir plus de choix
  • des applis mobiles sous forme de webradio avec plébiscite simple
  • du téléchargement gratuit et légal pour propagation de la musique !
  • pourquoi pas une boutique type spreadshirt par groupe (business model ?)

En quelques mots tout est possible et il est temps que le possible devienne réel et permette à la culture de se libérer au détriment des majors qui n’ont que trop longtemps verrouillé tout cela à grand coups de popstar, star’ac et j’en passe !

4 réflexions sur « Les internautes, Universal 2.0 »

  1. Tengu

    Hm… ça ressemble ‘achement à Lastfm (http://www.last.fm) ce que tu décris là, non ? (je parle de celui-ci parce que c’est celui que j’utilise le plus – y en a d’autres, je sais 😉 ).

    Mise à part la partie « paiement des artistes en direct », c’est assez semblable, en tous cas.

  2. mosquito

    Beaucoup d’idées, dont certaines sont déjà existantes, ici ou là.
    Une difficulté : qui va mettre un tel chantier en oeuvre, de façon neutre ?
    Ministère de la culture ? Les Majors, qui ne sont pas neutres ? Ou bien un mouvement communautaire à créer (ou un rassemblement de communautés pré-existantes) ?

    Paradoxalement, Hadopi aura eu le mérite de détourner un certain nombre de mélomanes/auditeurs/consommateurs vers de nouvelles sources d’oeuvres musicales (l’adjectif culturelles me semblant disproportionné lorsqu’on parle de chansons en général).
    J’ignore bien sûr le % de gens s’étant éloignés des circuits classiques de distribution, mais une chose est sûre, c’est que ça amplifie le potentiel prêt à suivre un nouveau mode tel que l’article le suggère.
    De plus, le moment est propice.

  3. Audiofeeline

    Des outils commencent effectivement à se développer ici et là mais ce qui est très clair c’est qu’il y a un réel retard à rattraper. Ce qui apparait aujourd’hui aurait dû arriver avec l’ADSL. Les offres légales ont longtemps été bancales et souffrent encore aujourd’hui d’une certaine « mauvaise image » (J’en avais parlé dans ce billet : http://j.mp/aeuuor ).

    Pour moi, il est surtout très important que les mentalités évoluent, on voit bien l’incompréhension des grands acteurs de la musique notamment avec la mise en place de l’HADOPI qui démontre bien une approche complètement à l’ouest.

    Ceci-dit, il commence à y avoir des choses intéressantes qui commencent à apparaitre mais comme toi je ne suis pas sur que le circuit de distribution classique actuel ait encore beaucoup d’avenir.

Les commentaires sont fermés.