Sur le bordel avec les Anonymous

Ce fut une journée chargée, pas mal de grabuge, des mails d’insulte, des menaces… Ah oui non en fait la routine ! Bon plus sérieusement ça vous dit que je vous explique le fin mot de l’histoire et le pourquoi de mon attaque en règle de ce matin ?

Comme je l’ai déjà dit je n’approuve pas les méthodes des Anonymous sur tout le ramdam des DDOS. Comme je l’ai déjà expliqué aussi cette attitude n’attirera que de mauvaises choses… Bref j’en avais marre de le dire sur mon blog et je voulais pouvoir l’expliquer doucement et calmement à quelqu’un qui écouterai…

Voilà pourquoi et comment j’ai pu discuter un certain temps avec une des personnes impliqué dans les attaques récentes et surtout à lui expliquer en quoi le DDOS d’Hadopi aurait un lien direct avec une implémentation rapide et générale du DPI pour enfin pouvoir réguler cette jungle qu’est Internet…

Je n’ai bien sûr conservé aucune information et tout cela devrait s’arrêter là pour moi. J’ai attiré l’attention de qui de droit, aidé à patcher la faille et expliqué ce que j’avais à expliquer… Et puis franchement ça me fait toujours marrer les mails d’insultes !

Le message est passé, il devrait remonter assez vite et on va pouvoir repasser à un débat sain et constructif sur une loi malsaine et destructive… Mais déjà à l’agonie et qu’il n’est pas nécessaire de renforcer par l’image d’un Internet incontrôlable…

Edit : Bon et bien le message a été supprimé, j’attends des explications… En attendant voici le screen de la page de l’operation Payback avec le lien vers ce document posté sur pastebin

8 réflexions sur « Sur le bordel avec les Anonymous »

  1. Arkados

    « et on va pouvoir repasser à un débat saint et constructif »

    Un débat sain, PDS, un débat sain 🙂 Une typo qui aurait plu à Benoit XVI (semi-HS, ce dernier ayant rencontré Sarkozy et son idée de réseau immoral).

  2. Changaco

    Tout ça a été débattu en long en large et en travers sur un chan français de l’opération payback.

    Je trouve l’argumentation utilisée plutôt ridicule. De toute façon le gouvernement essayera de faire du DPI, de censurer Internet comme il censure l’audiovisuel. À partir de ce constat il y a deux écoles: ceux qui veulent repousser au maximum l’échéance et ceux qui se disent que plus il y a de répression plus il y a de résistance.

    Dans tous les cas, en France, actuellement, la mobilisation contre le gouvernement est dans la rue, pas dans les attaques DDoS. D’ailleurs j’étais en AG étudiante lundi: HADŒPI et LOPPSI ont été cités et sont incluses dans les politiques dénoncées.

  3. jsupejve

    Avoir des convictions c’est bien, se prendre pour un visionnaire garant du bon aloi ça l’est par contre beaucoup moins.

    Sarkozy n’a pas besoin des anonymous, ni de pierre, Paul ou Jacques d’ailleurs pour poursuivre ses sombres desseins, ce triste sir n’a aucune considération pour la souveraineté du peuple, la neutralité du réseau est une notion parfaitement futile et dans tous les cas dangereuse pour la vision monarchique et mercantile qui est la sienne.

    Je ne sais pas quel mensonge, ni quelle vilénie, il vous faudra encore supporter, pour admettre qu’il n’y a visiblement aucun dialogue possible, avec ce gouvernement qui a perdu tout sens commun, libre à vous après tout, mais n’allez surtout pas croire que cela vous rend plus intelligent que les autres et qu’à ce titre cela vous autorise à juger le fait qu’ils aient choisi d’entrer en résistance par autre chose que du blabla stérile, car ça, c’est l’histoire qui nous le dira ! 😉

  4. mosquito

    Bref, je viens aussi rajouter mon grain de sel.
    Sans être jusqu’au-boutiste, j’abonde dans le sens de ce qui est dit dans les commentaires.
    Devant l’attitude hystérique de Narko 1er et 3M, et l’apathie quasi-totale de l’UMP (complice de fait par inaction), je ne PEUX PAS jeter la pierre aux anonymous.
    Ils ont le mérite de prendre des initiatives, tant que cela est (encore) possible.
    On approuve, ou on préfèrerait éventuellement d’autres formes d’action, mais ils bougent. On doit au moins leur reconnaître cela.
    Après, dans quelques semaines, nous verrons bien.
    La rue commence à parler, internet bouge… ne récoltant que mépris et cynisme. Les effectifs vont probablement augmenter dans les jours qui viennent.

    Advienne que pourra.

  5. Xylo

    Je te rejoins sur un seul point. Hadopi est une très mauvaise cible et si tu as pu aider d’une façon ou d’une autre, je t’en remercie.

    Mauvaise cible, non pas que l’hadopi ne le mérite pas, loin de là, mais que c’est un pot à miel qui n’aurait servie qu’à alimenter les discours de la sarkozie.

    Les attaques, parce que je pense que nous sommes effectivement en guerre, pour défendre un Internet libre doivent être efficaces. TMG est une cible de choix (serveurs de prod ?), Hustler de ce que j’ai compris est une bonne cible, mais l’hadopi ne l’est pas car le non fonctionnement de son site web n’empêchera pas de faire fonctionner sa machine à Spam.

    En résumé, frapper « au porte-feuilles », même à l’heure d’Internet, ca marche toujours.

  6. logicos

    « … et surtout à lui expliquer en quoi le DDOS d’Hadopi aurait un lien direct avec une implémentation rapide et générale du DPI … »

    Les méthodes des Anonymous sont mauvaises, mais ca ne changera rien a la mise en place du DPI: cela se fera parce que c’est une bonne chose, du point de vu de l’Etat.
    En quoi, de leur point de vue, le DPI est une mauvaise chose ??? en rien.
    Une écoute généralisé c’est « formidable », c’est le rêve de tout gouvernant: controler le peuple.

    Ah oui, on est en Démocratie…. tsssss, la belle farce que voila.
    La Démocratie dit « Non » a l’Europe (2005), oups, on s’en fout, voila que le « Oui » passe.
    Si le Peuple vote trop a droite ou trop a gauche, tu as soit l’Armée, soit les Marchés qui interviennent: tu crois qu’on peut négocier en étant soumis ? moi pas.

    A+

  7. zebulon III

    « et on va pouvoir repasser à un débat saint et constructif »

    Non, non et non !

    Ca fait déjà des mois et même des années qu’on tente le dialogue, mais même lorsque le pouvoir se donne la peine d’inviter les gens autour d’une table, les décisions sont déjà prises en coulisses.

    Si un vote ne donne pas le résultat escompté, et bien on revote, c’est aussi simple que cela. La démocratie ça les emmerde.

    Le gouvernement instaurera le dpi tôt ou tard de toutes façons, il est impossible qu’ils résistent à la tentation d’une telle arme de contrôle des masses. Il est hors de question de rester à ne rien faire sous prétexte que cela les ralentira un peu.

Les commentaires sont fermés.