Gravatar couramment utilisé Blog perso de Paul Da Silva

Et si Internet était bon pour la création ?

Posted on | octobre 14, 2010 | 2 Comments

Au risque d’enfoncer des portes ouvertes (qui aujourd’hui peu encore dire qu’Internet nuit à la création sans rougir), j’ai envie d’écrire un petit truc là dessus à la suite du visionnage d’une vidéo d’Enrico Macias et d’un article parlant de Luc Besson

Je n’ai aucune idée de l’avis de monsieur Macias en 2010 (la vidéo en question date visiblement de 2008), mais celui-ci a depuis, j’espère réalisé l’opportunité réelle qu’est Internet pour la création. Pour ce qui est de Monsieur Besson, sa société EuropaCorp accuse une perte de 10 millions sur l’année 2009 (sur le chiffre de 2008 ou en résultat net ?) mais pour la première fois depuis des années aucune mention n’est faite du piratage comme cause de cette perte.

Il faut bien voir que le partage (nuance importante) est très favorable à la propagation d’une oeuvre quelle qu’elle soit. Comment nier cette vérité ? Lorsqu’un film se retrouve sur le P2P il est partagé par des dizaines de milliers de personnes (en passant je pense que l’on est très loin des chiffres des entrées au cinéma ou des 450.000 / jours). Le principe est le même pour les CD…

Bref le partage hors cadre commercial est bon pour la diffusion à grande échelle d’une oeuvre, aka bon pour la création dans le cas où l’on assume que la création n’est pas un business mais bien une question d’art et de culture.

Pour ce qui est des créateurs c’est plus compliqué : on peut, comme le font ceux qui ont poussé à la création de la Hadopi, considérer que chaque téléchargement d’une oeuvre est une vente ratée. Là il faut juste être stupide pour ne pas voir que ce raisonnement ne tient pas la route. Ce n’est pas parce que je télécharge l’intégrale d’un artiste que j’aurai été prêt à mettre 70€ pour avoir la même chose. Ce n’est pas parce que je télécharge un film que j’aurai payé 10€ pour le voir au cinéma ou 20€ pour me payer le DVD (déjà j’ai pas de lecteur DVD ^^)…

A partir du moment où l’oeuvre se diffuse on peut considérer que l’artiste y gagne dans la mesure où les produits dérivés (concerts pour la musique, T-shirts, goodies, posters, …) pourront potentiellement se vendre à plus d’exemplaires. Par exemple je n’ai jamais payé pour avoir des CD de Cradle Of Filth, je les ai néanmoins vu en concert deux fois l’année dernière (à 40€la place environ, plutôt pas mal comme culbute)…

Je suis prêt à parier que la franchise Star Wars (pour prendre le plus caricatural) a généré plus d’argent en produits dérivés qu’en entrées au box office !

Alors certes ce raisonnement n’est pas complet, il est aussi normal que l’artiste soit récompensé sur son travail primaire et pas uniquement sur les produits dérivés. C’est pour cette raison que la création d’une licence globale, ou mieux encore d’un système de mécénat global est très encouragé par ceux que l’on appelle les « pirates » et qui cherchent avant tout à avoir accès à la culture sans pour autant vouloir piller ou voler les artistes…

En un mot, les pirates aussi sont bons pour la création !

Enfin Internet favorise le rapprochement entre les artistes et leur public. Il m’est par exemple arrivé d’envoyer un email à un petit groupe Français que j’appréciais particulièrement. Dans ce mail je leur expliquait que je n’avais pas acheté leur CD, ce support étant obsolète et mes finances étant au bas fixe à l’époque. Je leur expliquait aussi combien j’apprécie leur musique et aimerai les voir en concert.

La réponse à ce mail fut très simple : ils étaient ravis de voir que leur art plaisait, se moquaient bien que j’ai téléchargé leur album et m’ont communiqué les dates de concert (pas sur le site à l’époque) en me précisant que si je ne pouvais payer ma place ils m’inviteraient. Faute d’emploi du temps je ne suis pas allé au concert, par contre quand les problèmes d’argent se sont résolus je leur ai fait un don (toujours pas d’affinités avec les CD) pour lequel le groupe m’a remercié.

Ce type de lien avec son public n’a pas de prix et je suis moi même ravi quand je reçois des mails (ou des dons ^^) pour me remercier de ce que j’écris ici ou des extensions firefox que je distribue gratuitement. (Bon pas trop quand même les gars, j’ai pas toujours le temps de répondre ;))

Commentaires

2 Responses to “Et si Internet était bon pour la création ?”

  1. Arnaud-k
    octobre 14th, 2010 @ 13 h 35 min

    Je suis, comme souvent d’ailleurs, entièrement d’accord avec ton point de vue. C’est sûr qu’un film que l’on télécharge n’est pas forcément un film que l’on va voir au cinéma et un CD que l’on télécharge n’est pas forcément un CD que l’on achète.
    Il y a également l’aspect découverte, je ne dénombre plus les artistes que j’ai pu découvrir grâce au téléchargement (et pas seulement en écoutant une seule de leur chanson) et que je suis allé voir en concert pas la suite.

  2. Laura Dove
    octobre 14th, 2010 @ 23 h 12 min

    Ce qui rend l’internet bon pour la création, ce n’est pas qu’il permet la duplication à l’envi d’une poignée d’œuvres commerciales, c’est précisément qu’il favorise la création: je ne veux pas dire la consommation béate d’une œuvre magnanimement offerte par des artistes élevés au rang de dieux sur terre, mais l’acte de création lui-même. Grâce à l’internet, tout un chacun peut offrir au public ses propres photos, ses propres écrits, sa propre musique… Quel foisonnement de créativité! Pas toujours artistique, pas toujours de talent, mais la création ne s’est jamais aussi bien portée que depuis que M. tout le monde peut lui-même devenir créateur, au lieu de limiter ça aux membres d’une poignée de corporations très select.

    Alors oui, l’internet, en favorisant la diffusion officieuse des œuvres commerciales, stimule la vente de produits dérivés. Mais le titre est trompeur, puisque le billet n’aborde que les finances des producteurs établis (même pas des artistes, en plus; plutôt leurs diffuseurs…) et non la création proprement dite par la foule infiniment plus nombreuse, et parfois plus talentueuse, des anonymes.

    Militer pour le racket des vrais créateurs (les internautes!) au profit des rentiers de la SACEM, de la part d’un de ces créateurs futurs rackettés, le tout dans un billet dont le titre mentionne l’intérêt de l’internet pour la création, je ne peux qu’en déduire une chose: les majors ont déjà gagné la guerre. On ne peut pas lutter contre un ennemi qui a établi des avant-postes dans nos têtes.

Leave a Reply





Edito

Ancien journaliste, ancien entrepreneur, ancien (ir)responsable Pirate, actuel citoyen qui s'intéresse à la politique et à son évolution.

Read moar !.

Retrouvez moi sur :

Suivez moi sur twitter sur facebook sur wikipedia Ajouter ce blog a votre lecteur RSS

Bitcoin

bitcoin logo
1GZnMQ9wXyifxCnDEqg8CSGdngWcKWptHv

Piratons la démocratie

piratons la democratie

One more thing !

0100 0011 0110 1000 0110 0001 0110 1110 0110 0111 0110 0101 0111 0010 0010 0000 0110 1100 0110 0101 0010 0000 0110 1101 0110 1111 0110 1110 0110 0100 0110 0101 0010 0000 0110 0101 0110 1110 0010 0000 0111 0011 0010 0111 0110 0001 0110 1101 0111 0101 0111 0011 0110 0001 0110 1110 0111 0100 0010 0000 0010 1101 0010 0000 0110 1111 0110 1110 0010 0000 0111 0110 0110 0001 0010 0000 0110 0010 0110 1111 0110 1001 0111 0010 0110 0101 0010 0000 0111 0101 0110 1110 0010 0000 0110 0011 0110 1111 0111 0101 0111 0000 0010 0000 0011 1111

Tm9uIGNlbGVsIGzgIGVzdCBqdXN0ZSBwb3VyIHRlIGZhaXJlIHBlcmRyZSA1bW4gOyk=

Relationship Closeness Inventory

Promo code Genesis Mining

Sha 256 cloud mining

Best Bitcoin debit card

Zcash Mining