Star Wars : la poule aux oeufs d’or intergalactique

Bon on va commencer proprement, par un disclaimer en règle : je suis assez fan de l’univers Star Wars et des trois premiers films (dans le vrai ordre ! Chronologique de sortie !). Maintenant je me dois de pousser un certain coup de gueule à la vue de ce que Lucas a encore inventé pour continuer à faire rentrer de l’argent.

Voilà pour les ronds de jambes, on va pouvoir passer aux choses sérieuses : Star Wars édition Blu-Ray.

On nous rabâche à longueur de temps que le cinéma est en crise, que les films ne font plus d’entrées, que les DVD ne se vendent plus, … J’en passe et des meilleures. Non parce que les cinémas à travers le monde font salle comble et que les ventes de DVD sont en hausse quand même… Bref passons !

Changement de casquette

Et tout récemment, non content de ne faire que produire depuis des années, le père Lucas (qui a perdu son talent) a annoncé la sortie d’une énième édition de Star Wars, en Blu-Ray. Passons sur l’intérêt de ressortir un film tourné il y a 35 ans et redigitalisé 200 fois depuis, en HD, ce qui me chagrine un peu plus dans tout cela ce sont les chiffres.

Une rapide recherche nous apprend que les films ont coûté $425.000.000 à réaliser (un beau chiffre ceci dit) et ont rapporté, au box office uniquement, $8.000.000.000 (un très beau chiffre pour le coup).

Ceci sans compter les DVD, les VHS (bah oui en 1977 les DVD ça se lisait pas top) et les centaines de milliers de produits dérivés.

En un mot : on prend les fans pour des vaches à lait, et ça marche encore mieux quand les fans en question sont des technophiles prêts à reclaquer 80€ pour un coffret Blu-ray (redigitalisé donc) avec, tenez vous bien, une scène exclusive en bonus !

Je vais vous faire économiser 80€ : ladite scène est disponible sur Youtube et pour la version remasterisée elle ne devrait pas tarder non plus à apparaitre sur un certain réseau abrégé en deux lettres et un nombre (on fera un pendu à l’occaze, vous verrez la solution est évidente).

Bon c’est bien beau de gueuler, mais c’est quoi la solution alors ?

La solution est simple : à la création d’un film celui-ci a un seuil de rentabilité : un chiffre d’affaire à générer pour que la production de celui-ci n’ai pas coûté d’argent à son producteur. Ce chiffre là est bien connu, c’est souvent lui qui décide du sort d’un film.

Passé ce seuil de rentabilité les bénéfices générés par le film et l’ensemble de ses produits dérivés sont taxés à un tarif raisonnable (10~15% dans l’idée, à étudier avec de vrais chiffres et plus de données que ce que moi je peux avoir) et sont reversés à une caisse qui permette à de jeunes projets de voir le jour.

Résultat : les gros (aucun rapport avec son physique, c’est pas le style de la maison) comme Lucas continuent à se faire des couilles en or (à peine moins) et les projets qui ne peuvent normalement pas voir le jour pour faute de moyen trouvent des financement.

Résultat numéro 2 : certains réalisateurs respectueux de leurs fans réfléchissent à deux fois avant de sortir des idioties comme ce coffret Blu-Ray ou le proposent à un tarif plus avantageux, conscients du fait que l’ensemble des recettes ne finiront pas dans sa poche ?

Résultat numéro 3 : Obi Wan Kenobi (et si tu ne comprends pas le résultat numéro 3 c’est que tu n’as pas internet depuis assez longtemps)

[Photo]

1 réflexion sur « Star Wars : la poule aux oeufs d’or intergalactique »

  1. ShadowS

    Je suis d’accord ! J’ai acheté les cassettes, on est passés aux dvd. j’ai acheté les dvd… Maintenant on passe à la vitesse supérieure. perso j’achète pas les nouvelles versions des nouveaux montages des nouveaux bidules. De toutes façons je connais les épisodes par cœur. Et puis je ne suis pas une vache à lait intergalactique… Mon porte monnaie en revanche, est déja un immense trou noir… 🙂

Les commentaires sont fermés.