Archives mensuelles : juin 2010

Överallt / Flattr everywhere débarque sur firefox !

Vendredi soir j’ai eu la joie de voir ma soirée entre potes annulée, alors j’ai pu en profiter coder toute la nuit en bon gros geek… Ca faisait un bout de temps que ce projet me trottait dans la tête à vrai dire et j’ai donc profité de la nuit (couché vers 4h quand même…) pour mettre à exécution mon plan diabolique (mouahahahaha <= rire macabre) !

Bon en vrai le plan en question n’a rien de diabolique et est plutôt fait pour faire avancer les choses dans le bon sens pour ce qui est de l’intégration de Flattr sur les sites 2.0, les forums, … euh en fait partout hein.

D’ailleurs c’est ce qui a motivé le nom, qui n’a rien à voir avec le Klingon et qui est en fait la traduction suédoise du mot « partout ». Parce que c’est là le but d’överallt : permettre à tous d’utiliser Flattr en dehors des sites où c’est initialement prévu.

Le contenu sur le web d’aujourd’hui est créé en grande partie par les utilisateurs : les réseaux sociaux se multiplient, la plupart des sites d’actus (ceux qui ne le font pas ont un gros métro de retard) permettent de commenter lesdites actualités, les plateformes d’hébergement de vidéo ou de fichier sont plus nombreuses que les sexshops à Pigalle, … C’est ce qu’on appelle communément le web 2.0, et c’est plutôt génial !

Sauf que l’utilisateur (et donc contributeur) de ces plateformes est très dépendant de ceux qui possèdent ladite plateforme et qui a finalement droit de vie ou de mort sur un service qu’il propose, proposera ou ne proposera jamais.

Ainsi les blogs (pour prendre cet exemple) proposant à ceux qui postent un commentaire d’y adjoindre un bouton Flattr sont très rares (en France du moins) et la propagation de cette pratique pourtant très intéressante à la fois pour le blogger (qui voit le nombre et la qualité de ses commentaires augmenter) et pour celui qui commente (qui pourra gagner quelques centimes par commentaires) est entièrement à la merci des bloggers…

Continuer la lecture

IPFuck devient IPFlood (ouais enfin non)

J’ai reçu un mail hier soir (23h10, ils ne dorment jamais !) pour me demander de changer le nom de ma dernière extension Firefox afin qu’elle soit plus « family friendly » sous peine de la voir supprimée du site de Mozilla…

Dans la mesure où c’est tout de même un moyen formidable de fournir des mises à jour et de faire connaitre l’extension à tous je m’y suis conformé et ai renommé IPFuck en IPFlood (credits to @twikito) sur AMO.

Ce changement est en effet limité à AMO, le site ipfuck.p4ul.info reste en ligne et si j’ai bien créé un alias ipflood.p4ul.info, il redirige sur le site déjà en place – de même la page de l’extension ne change pas.

Et puisqu’apparemment je suis un mec vulgaire je vais ajouter : « non mais faut pas me faire chier merde ! »

Orange oh désespoir ! Contrôle du téléchargement 2.0

Et quand je dis 2.0 c’est surtout le zéro qu’il faut retenir ! Mais pour mieux comprendre de quoi je parle ici un bref retour sur les évènements de ces derniers jours s’impose !

Vendredi dernier, Orange, FAI historique que je ne vous présente pas (si si, il y a Internet et Internet…), prenait les devants sur l’Hadopi pour sortir un superbe logiciel dit de « contrôle du téléchargement ».

Pour quoi est prévu le soft ?

A l’origine, le logiciel est censé interdire tout échange sur les réseaux P2P en contrôlant les logiciels qui ont le droit de s’exécuter sur la machine sur laquelle il est installé. Au lancement d’un logiciel, une signature unique est comparée à une base de logiciels interdits. Si le logiciel est un vilain client P2P blacklisté par Hadopi Orange, il ne se lancera tout bêtement pas.

Jusque là tout va bien (enfin il est grave d’assimiler les échanges P2P aux échanges illégaux, mais dans la logique Orange pourquoi pas).

Le logiciel conserve bien sûr un journal permettant de dire à quel moment il est lancé afin que l’on puisse attester de son innocence en cas de relevé de son adresse IP sur les réseaux P2P à une date précise.

Je soulevais déjà à la sortie du logiciel quelques réserves (euphémisme inside) quand à l’utilité du truc… Continuer la lecture

Le FBML permet-il de voir des infos sensibles ?

Ca faisait un bout de temps que j’avais pas écrit sur facebook en découvrant un petit détail pour les chatouiller un peu. Et bien on va résoudre ce problème aujourd’hui en nous penchant sur une partie de l’architecture très importante du réseau social : le FBML.

Et là vous me dites WTF ?

Le FBML est le langage de balises mis à disposition des développeurs par Facebook. C’est une version enrichie du HTML avec des fonctions propres à Facebook en quelques sortes. Je m’en suis relativement peu servi dans mes développements d’applis (en même temps j’en ai relativement peu développé aussi) mais la doc est très complète et assez explicite…

Je me suis intéressé à cette partie des développement sur Facebook pour une raison qui ne vous est pas étrangère si vous êtes un(e) habitué(e) de mon blog : les fanpage dont il faut devenir fan pour voir le contenu.

C’est en effet un seul tag FBML qui s’occupe de faire cela : <fb:if-is-app-user>Contenu à cacher</fb:if-is-app-user>.

Tout le texte contenu entre les deux balises est invisible aux « non-fans » de la page ou de l’application. Continuer la lecture

Ajout de Flattr comments sur le blog

Je vous ai présenté il y a peu Flattr, un système de micro-paiement basé sur un schéma proche du mécénat global et que j’ai adopté de suite. Mais ce système présentait un défaut : il a tendance à n’appeler que les gens qui produisent du contenu sur Internet (éditeurs de sites, de vidéos, de musique, … geeks de tout poil en un mot).

C’est un problème que je ne suis pas le seul à avoir remarqué et pour lequel Peter Sünde avait un début de réponse qui a été concrétisé par un développeur que je me dois de remercier : Michael Henke. (Bon sauf que si il l’avait pas fait je l’aurai fait moi mais à part ça merci à lui ^^)

Ce que ce bon monsieur a fait est très simple : il a créé le plugin Flattrcomments pour WordPress. Ce plugin permet d’ajouter un bouton Flattr aux commentaires postés par les visiteurs d’un blog (sous WordPress donc) d’une façon très simple : il n’y a qu’un champ supplémentaire à remplir : votre ID Flattr.

Et concrètement qu’est ce que ça apporte au système et en quoi est-ce justifié ?

On sort quelques peu du cadre strict de la rémunération des producteurs de contenus… Mais à bien y réfléchir : pas tant que ça. En effet lorsque vous postez un commentaire intelligent, argumenté et plein de bon sens, la personne qui lit ce commentaire peut-être tenté de répondre un légendaire « +1  » … Mais si on veut faire plus ? Et bien il suffit de cliquer sur le bouton Flattr présent dans le commentaire !

Le système encourage donc à poster des commentaires de qualité et permet à leurs auteurs de profiter du système Flattr pour se faire un petit peu d’argent de poche bien mérité.

Et comme toujours avec Flattr : chaque clic ne vous coute rien en soit, mais chaque clic rémunère une personne… C’est beau ! Continuer la lecture