Expérience : coupé du net pendant 10 jours (pour cause de déménagement)

Avertissement : cet article a été rédigé à l’arrache sur un coin de matelas, sur un MSI Wind au milieu de cartons de déménagement…

S’il y a une chose qu’un geek redoute, c’est d’être coupé de son précieux abonnement internet. C’est aussi ce que je redoutais lorsqu’on a commencé à faire les cartons pour déménager et que Free m’a annoncé un délais de 10 jours avant réouverture de la ligne…

Première chose en arrivant à l’appartement, j’ai sorti mon MSI Wind et j’ai fait toutes les pièces (en commençant par ma chambre) pour essayer de trouver un wifi ouvert ou un hotspot.

Verdict : plus d’une dizaine de SSID parmi lesquels un Freewifi et un neufwifi…

Étant client free j’ai un accès au freewifi et j’ai donc pu m’en servir pour spammer mon facebook, mon twitter et mon msn à la recherche d’accès au neuf wifi (plus puissant dans ma chambre).

Résultat : en quelques heures j’ai deux accès au net…

Une question de port

Reste un petit soucis : les connexions sont assez limitées. Par exemple pour faire du FTP je suis obligé de me connecter au freewifi. A l’inverse, le SSH fonctionne sans soucis sur le neufwifi et n’est pas accessible avec le freewifi…

Je suis donc obligé d’aller dans le salon pour travailler en FTP après avoir ouvert celui-ci en SSH depuis ma chambre (sans oublier de le refermer une fois fini).

Mais là où ça se gate c’est sur d’autres protocoles moins répandus : impossible de se connecter à une interface plesk (port 8443 de mémoire) d’où que ce soit dans l’appartement par exemple…

Dans le même ordre d’idée, sachez qu’il est impossible de se connecter à msn sur un hotspot neuf (sauf à utiliser ebuddy ou un autre logiciel en ligne qui fasse transiter vos conversations via le port 80).

Et pour le piratage ?

Je ne vous ferait pas le détail, mais vous imaginez bien que je n’ai pas raté les derniers épisodes de mes séries préférées en streaming (légal of course)…

Inutile donc de préciser que d’être coupé d’internet ne privera jamais un « pirate » de faire ses courses comme il l’entend.

En conclusion

Je suis rassuré de voir qu’une coupure à Internet n’est pas vraiment définitive. Je suis rassuré de voir qu’avec un minimum de système D, quelques amis et un besoin (oui carrément) d’internet on peut facilement s’y connecter.

Et en même temps je pense à ceux que l’on oublie toujours quand on parle d’internet : les gens qui vivent en province – dans des lieux où le dégroupage n’est encore qu’un concept… Ceux là, si on leur coupe leur ligne, n’auront plus que leurs yeux pour pleurer. Allez trouver un hotspot dans un village de 50 habitants dont la moyenne d’âge est de 60 ans…